•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Accueil

Radio-Canada

Textes: Gérald Filion, Sophie Langlois et Lili Marin
Design et intégration: Evguenia Kossogova et Sébastien Lépine

La crise alimentaire mondiale est en train d'effacer sept années d'effort dans la lutte contre la pauvreté sur la planète, selon la Banque mondiale et les Nations unies. C'est 100 millions de personnes qu'on pousse encore un peu plus dans la pauvreté extrême. C'est 37 pays, les plus pauvres au monde, qui pourraient connaître des pénuries et qui risquent le chaos social en raison de l'inflation des denrées alimentaires et agricoles.

La crise actuelle ne ressemble pas à celles qu'on a connues dans le passé et à celles qu'on a cru connaître. Aujourd'hui, on ne manque pas de nourriture pour alimenter les humains. On ne peut pas dire que cette crise est strictement liée à une question d'offre et de demande. Les économistes souhaitent une hausse de production, mais le véritable problème, c'est la hausse rapide et excessive des prix des aliments. En Haïti, par exemple, les tablettes de plusieurs marchés sont bien garnies. Cependant, la population n'a pas les moyens d'acheter ces produits, ce qui attise la colère et la frustration, et ce qui oblige aussi le gouvernement à décréter une baisse des prix. Les Mexicains, autre exemple, n'arrivent plus à trouver du maïs à prix raisonnables pour fabriquer un produit de base: la tortilla.

Selon la Banque mondiale, depuis trois ans, les prix des aliments ont grimpé de 83 %. Dans le cas du blé, la hausse est de 181 %. Au cours des deux derniers mois seulement, le prix du riz, première denrée alimentaire de 3 milliards de personnes, a grimpé de 75 %. Or, une personne sur deux ne vit qu'avec 2 $ ou moins par jour et, pour une majorité d'êtres humains, l'alimentation requiert 75 % des revenus. Tous les jours, des dizaines de milliers de personnes s'ajoutent aux centaines de millions d'autres qui souffraient déjà de la faim avant la crise.

Aucun thème sélectionné