•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Je joue comme une petite fille » - Plekanec

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2008 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les Bruins ont ralenti le gros trio du CH au cours des deux derniers matchs. À un point tel que Tomas Plekanec compare son jeu à celui d'une fillette.

BOSTON - Tomas Plekanec n'est pas reconnu pour ses déclarations incendiaires. Réservé de nature, l'attaquant tchèque exprime son talent sur la glace et non devant des micros.

Plekanec a dérogé à ses habitudes au lendemain du revers de 2-1 du Canadien contre les Bruins à Boston.

« Je joue comme une petite fille depuis mes deux derniers matchs, affirme sans détour Plekanec. Je ne réponds pas de la façon dont je voudrais. Mais ce qui compte le plus, c'est que nous menons la série 2-1. Nous avons pris l'avance grâce à notre jeu d'équipe. »

Auteur d'une saison record de 68 points sur le plan personnel, Plekanec n'a obtenu que deux passes en trois matchs contre les Bruins. Plus inquiétant, il n'a pas marqué à ses sept dernières rencontres.

« Je me dois d'être plus affamé, ajoute le centre. Je suis trop mou avec la rondelle et je la perds trop souvent. Je devrai aussi prendre de meilleures décisions afin de relancer mon trio. »

Lors de son point de presse journalier, Guy Carbonneau a souri lorsqu'on lui a fait part de la déclaration de son protégé.

« Tomas sait qu'il peut mieux jouer, précise Carbonneau. Il doit aussi réaliser qu'en séries, tu as moins d'espace pour préparer tes jeux. Parfois, c'est préférable de travailler plus fort et d'oublier un peu le talent. Malgré tout, je ne suis pas inquiet et je demeure persuadé de le voir rebondir. »

À l'image des Bruins, Carbonneau a offert une journée de congé à ses joueurs après une série de deux matchs en deux soirs. Seuls les réservistes de l'équipe ont sauté sur la glace du TD Northbank Garden.

Un avantage numérique en panne

Le jeu de Plekanec n'est pas l'unique souci de Carbonneau depuis le début de cette série. Au sommet de la LNH en saison avec un taux de réussite de 24,1 %, l'avantage numérique du CH a frappé un mur contre les Bruins.

En trois rencontres, le Tricolore n'a réussi qu'un seul but en 18 occasions, ce qui le place au dernier rang avec un taux de 5,6 %. Les Bruins occupent l'avant-dernière position avec un faible 7,1 %.

« Oui, nous devrons faire des ajustements à notre avantage numérique, admet Carbonneau. Doug Jarvis a regardé nos trois derniers matchs et il a analysé nos faiblesses afin de redresser la situation. »

« Les Bruins bloquent presque toutes les lignes de tir, ajoute le défenseur Mark Streit. C'est plus difficile de trouver le but, alors ce sera important de faire circuler la rondelle très rapidement pour les déplacer. Si nous pouvons repérer Kovalev et Plekanec, nous le ferons, sinon ce sera à nous les défenseurs de prendre de bons tirs. »

Des changements à prévoir

Pour le quatrième match de cette série, mardi à Boston, le Canadien pourrait présenter une formation différente. Carbonneau n'a pas confirmé de changements, mais il n'a pas nié le retour possible du défenseur géant Ryan O'Byrne.

Peu utilisé lors du troisième match, Streit pourrait retourner dans un rôle d'attaquant.

Parmi les éclopés du Canadien, le capitaine Saku Koivu (fracture à un os du pied gauche) ratera le prochain rendez-vous avec les Bruins, tandis que Francis Bouillon (cheville droite) représente un cas incertain.

« Saku rencontrera les médecins pour des radiographies mercredi et nous obtiendrons plus de détails à ce moment, précise l'entraîneur. Francis a pour sa part patiné dimanche et lundi. Hier, il a ressenti un peu de douleur, mais ça progresse. »

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.