•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Chine rompt le silence

Radio-Canada

Le président chinois Hu Jintao considère que le conflit au Tibet n'est pas une question de droits de l'homme, mais plutôt de souveraineté nationale.

Le président chinois s'est exprimé sur la crise tibétaine pour la première fois depuis les émeutes de Lhassa.

Hu Jintao écarte les critiques selon lesquelles la Chine piétine les droits de la personne au Tibet et affirme que le conflit est davantage une question de souveraineté nationale.

Le président chinois a fait cette déclaration lors du forum économique régional sur l'île de Hainan, dans le sud de la Chine.

Hu Jintao s'est dit ouvert à un dialogue avec le dalaï-lama à la condition que le chef spirituel des Tibétains abandonne d'abord ses activités séparatistes.

En visite aux États-Unis, le dalaï-lama a répété qu'il ne voulait pas d'un boycottage des Jeux olympiques.

De passage dans les studios de la chaîne américaine NBC vendredi, à Seattle, le chef spirituel tibétain a affirmé qu'il ne voulait pas mettre de pression sur les dirigeants internationaux.

Interrogé par les journalistes au sujet de la cérémonie d'ouverture des Jeux de Pékin en août prochain, le dalaï-lama a déclaré qu'il revenait aux dirigeants américains et d'autres pays de décider d'y participer ou de la boycotter.

Samedi, quelque 55 000 personnes se sont déplacées, à Seattle, pour entendre une conférence du dalaï-lama.

Il n'a pas évoqué directement la situation au Tibet, mais a continué de livrer son message de paix.

« Le 20e siècle a été celui du carnage. Je pense qu'il est de notre responsabilité de faire du siècle présent celui du dialogue », a-t-il déclaré. « Quand on utilise la force pour résoudre un problème, cela crée souvent des effets collatéraux inattendus », a-t-il ajouté.

Il a indiqué qu'il aborderait la situation au Tibet lors de sa conférence de dimanche.

Le dalaï-lama se trouve aux Etats-Unis dans le cadre d'un événement de cinq jours intitulé « Les Graines de la compassion ».

Grande manifestation tibétaine en Inde

Entre-temps, plusieurs milliers de Tibétains ont manifesté samedi dans la capitale indienne contre la répression chinoise au Tibet. C'était le plus important rassemblement des Tibétains en Inde depuis le début de la crise dans leur pays.

La police a estimé le nombre de manifestants à 2000.

Ils ont bloqué la circulation dans le centre-ville de New Delhi en agitant des drapeaux tibétains et en scandant: « Nous rendons hommage aux martyrs tibétains », « Chine, tu mens, tu mens ».

L'AFP rapporte que ce rassemblement fait suite à une information de l'agence Press Trust of India selon laquelle le gouvernement indien avait rejeté une demande de la Chine d'interdire les manifestations en Inde des réfugiés tibétains.

« Mes frères et mes soeurs ont été tués au Tibet, les journalistes étrangers n'ont pas le droit de s'y rendre. Il faut en finir avec tout ça" », a déclaré Samten Dorji, 38 ans. Il est au nombre des 100 000 Tibétains exilés en Inde.

La manifestation de samedi était organisée par le Comité de solidarité avec le Tibet qui soutient la revendication du dalaï-lama pour une plus grande autonomie de la région.

Le flambeau olympique est attendu à New Delhi jeudi prochain.

L'Inde a toujours affirmé que les exilés tibétains pouvaient rester en Inde tant qu'ils n'utilisaient pas leur pays d'accueil comme tremplin pour des actions contre la Chine.

Avec les informations de Associated Press

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.