•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Discrète promotion à Québec

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2008 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Un organisme de Québec qui serait lié à l'Église de scientologie distribue des dépliants visant à dénoncer le travail des psychiatres qui prescrivent des médicaments aux enfants.

La Commission des citoyens pour les droits de l'homme (CCDH), un organisme basé à Québec, distribue ces jours-ci dans la capitale une brochure visant à dénoncer le travail des psychiatres qui prescrivent des médicaments aux enfants souffrant d'un déficit d'attention.

La CCDH prétend que les troubles de l'attention sont une pure invention de la médecine. Dans son dépliant d'information, la CCDH invite le public à visiter son site Internet pour commander un documentaire sur le sujet. Le document reproche aux psychiatres de prescrire des médicaments contre le gré des enfants, sans tenir compte des effets secondaires qui, selon l'organisme, peuvent entraîner la mort.

Le document propose des témoignages de parents dont l'enfant est mort après avoir pris des médicaments. Des statistiques sont aussi présentées. L'organisme avance que les psychiatres appuient une industrie de vente de médicaments de plusieurs milliards de dollars par année.

La Commission des citoyens pour les droits de l'homme aurait des liens avec l'Église de scientologie. L'organisme a été créé en 1969 par l'un des cofondateurs de l'Église. Le président à Québec, Denis Côté, scientologue depuis 30 ans, affirme toutefois que son organisme est indépendant. Il affirme que le DVD proposé par la CCDH ne fait par la promotion des valeurs de l'Église de scientologie.

La spécialiste des troubles de l'attention au Centre hospitalier Robert-Giffard, le Dr Annick Vincent, connaît bien le discours véhiculé par l'organisme. « Ça fait longtemps qu'on l'entend, ils disent que la psychiatrie n'est pas une science, que les pathologies concrètes ne sont pas de véritables maladies », mentionne-t-elle.

Elle rappelle que des preuves scientifiques existent sur les troubles de l'attention : « C'est un trouble qui est neurologique et qui amène des symptômes de la lignée de l'inattention, de la bougeotte des idées, l'hyperactivité motrice, puis l'impulsivité. »

Le Dr Vincent ajoute que la pathologie, qui est bien documentée, est fréquente et touche en moyenne 5 % de la population, autant des enfants, des adolescents que des adultes.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.