•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Garder le poids des régions

Radio-Canada

À quelques semaines des consultations sur la révision de la carte électorale, Québec envisage de modifier la Loi électorale pour éviter la disparition de circonscriptions dans certaines régions.

Québec n'est pas très chaud à la proposition de révision de la carte électorale, qui ferait en sorte de diminuer le poids politique des régions.

Mercredi, le gouvernement Charest a laissé entendre qu'il pourrait modifier la Loi électorale pour éviter la disparition de circonscriptions en régions, comme le recommande de directeur général des élections et président de la Commission de la représentation électorale, Marcel Blanchet.

Selon le gouvernement, il faut trouver un équilibre pour refléter les nouvelles données démographiques de la province, mais sans diminuer la présence des régions à l'Assemblée nationale. « Je peux vous dire qu'on est très préoccupés par cette situation que certaines régions risquent effectivement de perdre du poids politique à l'intérieur de l'Assemblée nationale », dit le ministre chargé de la réforme des institutions démocratiques, Benoît Pelletier.

À quelques semaines du début des consultations sur la refonte de la carte, le gouvernement affirme qu'il va entamer des discussions avec les autres partis politiques pour déterminer les changements souhaitables. Modifier la loi électorale ou encore ajouter des députés sont des options envisageables.

Le Parti québécois partage les craintes du gouvernement sur une éventuelle diminution du poids politique des régions. « Une application stricte, droite et mathématique de la loi combinée à la démographie et à la migration interne jouera toujours implacablement contre les régions du Québec », soutient le leader parlementaire PQ, François Gendron.

Marcel Blanchet soutient de son côté que tout changement ou nouveaux critères devraient se faire en respect de la Constitution. « C'est ça, le danger qui pourrait nous guetter », soutient-il. Il rappelle aussi qu'actuellement, une vingtaine de circonscriptions sont sérieusement sur-représentées ou sous-représentées au Québec et que l'on doit refaire la carte en conséquence de cette réalité.

Refonte majeure

Le mois dernier, Marcel Blanchet, a proposé une refonte majeure de la carte électorale pour refléter les nouvelles données démographiques de la province. La révision de la carte toucherait 86 des 125 circonscriptions du Québec. En outre, trois circonscriptions disparaîtraient dans les régions de la Gaspésie, du Bas-Saint-Laurent et de Chaudière-Appalaches, qui verraient leur nombre passer de 15 à 12. Trois nouvelles circonscriptions verraient le jour dans les régions qui ont connu une augmentation de population au cours des dernières années, soit en Montérégie, à Laval et dans les Laurentides-Lanaudière.

La Commission de la représentation électorale devrait prendre une décision sur la refonte de la carte l'automne prochain. La nouvelle carte devrait entrer en vigueur au printemps 2009.

Avec les informations de La Presse canadienne