•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Guy Lafleur riposte

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2008 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'ancien joueur étoile du Canadien de Montréal poursuit le SPVM et le gouvernement du Québec pour 3,5 millions de dollars pour les dommages que lui a causés l'émission d'un mandat d'arrestation contre lui en janvier dernier.

L'ex-vedette du hockey, Guy Lafleur, poursuit le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) et le gouvernement du Québec pour la somme de 3,5 millions de dollars.

Selon la poursuite, l'émission d'un mandat d'arrestation visé contre Guy Lafleur, à la fin de janvier, pour témoignage contradictoire au procès de son fils était une mesure excessive. Guy Lafleur soutient par conséquent que cette mesure judiciaire, largement publicisée dans les médias, lui a causé des dommages moraux et matériels.

Ce mandat d'arrestation visé a été lancé le 31 janvier dernier contre l'ancien joueur étoile des Canadiens de Montréal. La Couronne l'accusait alors d'avoir livré un témoignage contradictoire dans le but de tromper la Cour lors de la comparution de son fils Mark pour agression sexuelle et voies de fait sur une mineure.

Guy Lafleur, qui s'est rapidement retrouvé au centre d'un raz-de-marée médiatique, s'était présenté aux policiers peu de temps après. Il a plaidé non coupable aux accusations qui pesaient contre lui le 7 février 2008.

La Cour lui reprochait en substance de s'être porté garant devant le tribunal de la surveillance de son fils, qui devait rester en permanence avec ses parents sur ordre de la Cour.

Or, devant le tribunal, Guy Lafleur a affirmé que son fils revenait dormir à la résidence familiale tous les soirs où il pouvait sortir de sa maison de thérapie.

Confronté par la Couronne, Guy Lafleur avait plus tard admis qu'à deux reprises, son fils avait passé la nuit à l'hôtel avec sa nouvelle petite amie.

C'est ce qui a entraîné les accusations de témoignage contradictoire contre Guy Lafleur.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.