•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Quebecor World ferme son imprimerie

Radio-Canada

La fermeture de l'usine, qui est immédiate, entraîne la perte de 300 emplois.

Quebecor World ferme son imprimerie de Magog. L'entreprise, qui est sous la protection de la Loi sur les arrangements avec les créanciers des compagnies depuis janvier dernier, a annoncé sa décision lundi matin. La fermeture entraîne la perte de 300 emplois.

L'entreprise justifie sa décision par la nécessité de réduire les coûts de production et d'améliorer sa compétitivité. Les installations de Magog ne fonctionnaient qu'à 20 % de leur capacité.

Par ailleurs, 200 employés étaient sous le coup d'une mise à pied temporaire qui deviendra permanente. L'entreprise versera à ses travailleurs une indemnité de départ équivalente à 16 semaines de travail.

Le maire de Magog, Marc Poulin, estime que Quebecor a agi de façon cavalière puisque les intervenants économiques de la région réclamaient une rencontre avec la direction de l'entreprise depuis plusieurs mois. « Je vous dirais que c'est un manque de respect, considérant que Pierre-Karl Péladeau savait très bien que [...] son père avait toujours aimé la région de Magog-Orford. Ce sont des travailleurs qui ont toujours eu le sentiment d'appartenance. »

Les intervenants économiques de la région doivent se rencontrer, vendredi, pour mettre sur pied un comité de relance.

L'imprimerie de Magog a ouvert ses portes en 1971. Les installations produisaient des magazines et des encarts publicitaires pour les marchés américain et canadien.

Une région durement touchée

Depuis 3 ans, Magog a perdu plus de 2000 emplois manufacturiers en raison des fermetures des entreprises Olymel et GDX.

Pour arrêter l'hémorragie, le représentant régional de la FTQ, Marc Bellemare, a demandé que les crédits d'impôt sur l'investissement soient révisés à la hausse pour l'Estrie. La région a perdu 17 000 emplois dans le secteur manufacturier ces dernières années.

Le député d'Orford, Pierre Reid, doit pour sa part rencontrer le ministre du Développement économique, Raymond Bachand, d'ici jeudi pour évaluer les mesures qui pourraient être mises en place pour soutenir l'économie régionale.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.