•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Grandeur et misère d'une industrie

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2008 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Des milliers de représentants de l'industrie de la mode et des acheteurs en provenance de l'Amérique du Nord, de l'Europe et de l'Asie sont attendus lors de la 14e édition de la Semaine de mode de Montréal.

La Semaine de mode de Montréal (SMM) est de retour. Du 25 au 28 mars, des milliers de représentants de l'industrie de la mode et des acheteurs en provenance de l'Amérique du Nord, de l'Europe et de l'Asie convergeront vers le Marché Bonsecours.

Lors de cette 14e édition, ils pourront découvrir les créations de designers établis, mais également celles de créateurs émergents. Plusieurs défilés collectifs seront présentés ainsi que des événements spéciaux.

Designers qui présentent leur collection automne-hiver:

  • Bodybag by Jude
  • BSD
  • Clau & Vane Couture
  • Dinh Bá Design
  • Envers par Yves Jean Lacasse
  • Genux
  • Helmer
  • Lab Créatif
  • Marie Saint Pierre
  • Muse par Christian Chenail
  • Myco Anna
  • Samuel Dong
  • Simon Chang
  • Rudsak Collection
  • Soïa & Kyo
  • Sokü
  • Thieves by Sonja den Elzen
  • Zen B.

Un chef de file canadien

La dernière présentation de la Semaine de mode de Montréal remonte à octobre dernier. Un communiqué du ministère du Développement économique, de l'Innovation et de l'Exportation du Québec rappelait alors que cette province est le chef de file canadien en matière de mode et de vêtement avec 57 % des emplois et 60 % des livraisons manufacturières au pays.

Cette industrie représentait 28 000 emplois manufacturiers et des livraisons de 2,9 milliards de dollars en 2006 au Québec.

La concurrence asiatique

Toutefois, la force du dollar et les faibles coûts de production des pays d'Asie obligent l'industrie québécoise du vêtement à s'adapter à cette forte concurrence.

Des données de Statistique Canada révèlent qu'une croissance de l'emploi dans l'industrie canadienne du textile et du vêtement a été observée pendant plusieurs années, jusqu'en 2003. Elle a été suivie par une diminution du nombre de travailleurs en 2004. En cinq ans, le Québec a perdu plus de 21 000 emplois.

En 1992, les importations représentaient 43 % du marché canadien des textiles, et 35 % de celui des vêtements. En 2004, plus de 60 % de ces marchés étaient approvisionnés par des importations.

C'est la Chine qui a enregistré les gains les plus importants sur le marché canadien des importations de textiles et de vêtements. Il faut noter que l'Inde et le Mexique ont aussi fait des percées sur ce marché.

Statistique Canada soutient que le démantèlement des obstacles au commerce international a joué un rôle important dans ces changements. En tant que grand importateur, le Canada a négocié de nombreuses ententes avec des pays comme la Chine et l'Inde.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.