•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Autre plainte contre la GRC

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2008 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Un citoyen de la Saskatchewan dit avoir été menacé par un agent quand il a exigé d'être servi en français. La GRC reçoit en moyenne une à deux plaintes par année pour l'absence de services en français en Alberta.

Un citoyen de la Saskatchewan, dit avoir été menacé par un agent de la Gendarmerie royale du Canada quand il a exigé d'être servi en français.

Les faits remontent au 30 janvier 2008 quand Martin Rousseau a été arrêté à Gravelbourg parce qu'il ne portait pas sa ceinture de sécurité. Monsieur Rousseau a demandé à deux reprises à l'agent d'être servi en français puisqu'il était dans une zone désignée bilingue.

Selon Monsieur Rousseau, l'agent de la GRC a perdu patience. Monsieur Rousseau a demandé pour une troisième fois d'être servi en français. L'agent aurait alors menacé de l'arrêter.

Martin Rousseau a alors préféré recevoir sa contravention en anglais. « Moi je partais au Québec le lendemain, c'est pour ça que je lui ai parlé en anglais, autrement je ne lui aurais pas parlé en anglais. »

Ce que Martin Rousseau désire, c'est que ses droits soient respectés. C'est pourquoi il a déposé une plainte au Commissariat des langues officielles. Le commissariat confirme que la plainte a été jugée recevable et qu'on a ouvert une enquête.

La gestionnaire du programme des langues officielles de la GRC pour la région du Nord-Ouest, Loretta Beaudet, confirme avoir reçu la plainte du Commissariat aux langues officielles. Comme le cas de monsieur Rousseau fait l'objet d'une enquête, elle souligne qu'elle ne peut commenter.

Par contre, elle confirme que les citoyens peuvent être servis dans l'une des deux langues officielles à Gravelbourg, puisque la ville est située dans une zone désignée bilingue. « Le client a le droit d'avoir accès à un service dans la langue de son choix, ça veut dire que si y'a demandé le service en français, il a le droit d'avoir le service en français. »

Madame Beaudet a indiqué que la GRC reçoit en moyenne une à deux plaintes par année en Saskatchewan et en Alberta et environ 10 plaintes par année au Manitoba.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.