•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Coup dur pour les FARC

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2008 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Raul Reyes, un des principaux chef des Forces armées révolutionnaires de Colombie, meurt au combat.

Le numéro deux des Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC), Raul Reyes, a été tué samedi par l'armée colombienne, en Équateur.

Le ministre de la Défense de la Colombie, Juan Manuel Santos, a confirmé la nouvelle.

M. Santos a indiqué que l'opération lancée près de la localité de Teteye contre le camp de guérilleros où se trouvait Raul Reyes, Luis Edgar Devia Silva de son vrai nom, a commencé par un bombardement aérien. Il a été suivi d'une opération terrestre, tuant au moins 16 autres guérilleros.

Raul Reyes, apparemment âgé de 59 ans, occupait un poste clé au sein des FARC. Il servait de porte-parole à la guérilla et jouait entre autres un rôle dans la gestion de la crise des otages. Il était considéré comme le possible successeur du vieillissant Manuel Marulanda, chef du groupe.

Le département d'État américain avait offert 5 millions de dollars pour des informations qui permettraient d'arrêter Raul Reyes ainsi que six autres membres du secrétariat de direction des FARC.

Réactions en France

Lorenzo Delloye, fils d'Ingrid Betancourt, otage de la guérilla en Colombie, a déclaré samedi que sa famille était très inquiète des représailles qui pourraient survenir après l'annonce de la mort de Raul Reyes.

« On espère que les FARC ne vont pas faire d'attaques, de gestes sur les otages. Il faut qu'ils sachent que ce n'est pas du tout dans leur intérêt. J'espère juste que les FARC sauront voir au-delà et envisageront de libérer les otages qui sont malades, parce qu'on n'a plus de temps », a-t-il déclaré à la radio française RTL.

Le président français, Nicolas Sarkozy, a appelé les FARC samedi, dans un communiqué de presse, à « faire prévaloir les considérations humanitaires » et a renouvelé son « appel aux FARC pour qu'elles libèrent sans délai notre compatriote Ingrid Betancourt ».

Selon l'ancien otage Luis Eladio Perez, qui a été libéré mercredi, Mme Betancourt serait très malade et maltraitée. Il a dernièrement déclaré à la télévision vénézuélienne avoir vu la Franco-Colombienne il y a 23 jours.

Ingrid Betancourt a été capturée le 23 février 2002 et est aujourd'hui âgée de 46 ans.

Avec les informations de Agence France-Presse, Associated Press, et Reuters

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.