•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Démantèlement d'un réseau de combats de coqs

Radio-Canada

Le réseau opérait depuis plus de trois ans à Surrey, en banlieue de Vancouver. Quelque 1270 coqs ont dû être euthanasiés.

Onze agents de la GRC et 12 agents de la Société protectrice des animaux ont effectué des perquisitions mercredi et jeudi dans trois fermes de Surrey, en banlieue de Vancouver, dans le cadre d'une enquête sur un réseau de combats de coqs.

Selon les autorités, il s'agit du plus grand réseau de combats de coqs jamais découvert au Canada. Le réseau opérait depuis plus de trois ans. Des vétérinaires et des spécialistes des animaux de ferme ont été appelés sur les lieux.

Quelque 1270 coqs ont été retrouvés dans deux fermes de Cloverdale, dans le secteur sud-est de Surrey. Certains étaient nourris aux stéroïdes et étaient perpétuellement agités. Ils étaient gardés captifs dans des barils. Plusieurs étaient blessés. On rapporte que certains avaient des coupures infectées, d'autres avaient perdu des membres et plusieurs étaient blessés à la tête.

La loi canadienne prévoit que tous les volatiles retrouvés sur une propriété où se trouve une arène doivent être abattus.

En plus d'arènes de combats, les enquêteurs ont découvert une vaste variété de panoplies: des éperons de métal pour cingler l'adversaire, des cartes, des seringues et des modèles en plumes suspendus à une perche.

Tous les volatiles ont été euthanasiés sur les lieux, une opération qui a duré 13 heures. La troisième ferme qui a été perquisitionnée dans le cadre de cette opération policière servait à l'élevage des coqs.

Des accusations de cruauté envers des animaux seront portées contre 37 individus relativement à cette affaire.