•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La violence de la discrimination

Selon Statistique Canada, les personnes homosexuelles ont été plus souvent victimes d'agressions sexuelles, de vols qualifiés et de voies de fait que les hétérosexuels en 2004.

Une étude de Statistique Canada, révèle qu'en 2004 les personnes homosexuelles ont déclaré des taux plus élevés de victimisation avec violence.

Toutes proportions gardées, elles ont été plus victimes d'agressions sexuelles, de vols qualifiés et de voies de fait que les hétérosexuels.

Des études antérieures ont montré que les jeunes, les célibataires, les étudiants ainsi que les personnes gagnant un faible revenu, vivant en milieu urbain, risquaient davantage de faire l'objet d'un crime violent. Or, les données de 2004 démontrent que certains facteurs de risque sont plus fréquents chez les gais et les lesbiennes.

En effet, l'orientation sexuelle a une influence sur la probabilité d'être victime de violence. Elle était près de deux fois plus élevée chez les gais et les lesbiennes que chez les hétérosexuels. Chez les bisexuels, elle est même 4,5 fois plus élevée.

De l'orientation sexuelle

L'étude a permis d'examiner les taux de victimisation, les perceptions de discrimination, la crainte de la criminalité et les attitudes envers le système de justice chez les gais, les lesbiennes et les bisexuels.

Elle a été réalisée à partir des données de l'enquête sociale générale menée en 2004. C'était la première fois que les répondants étaient invités à préciser leur orientation sexuelle.

Lors de cette enquête, un peu plus de 362 000 Canadiens et Canadiennes âgés de 18 ans et plus, soit 1,5 %, se sont identifiés comme gais, lesbiennes ou bisexuels.

Pas plus craintifs

Même s'ils ont connu des taux plus élevés de violence, les niveaux de crainte exprimés par les gais, les lesbiennes et les bisexuels ne sont pas plus élevés que ceux des hétérosexuels.

En effet, plus de 9 gais, lesbiennes et bisexuels canadiens sur 10 ont indiqué qu'ils étaient « plutôt » ou « très » satisfaits de leur sécurité personnelle. Cette proportion est semblable à celle observée chez les hétérosexuels.

Tous égaux

Statistique Canada rappelle qu'au début des années 1980, le Canada a adopté la Charte canadienne des droits et libertés. Depuis 1985, tous les Canadiens ont légalement droit à la même protection et au même bénéfice de la loi, indépendamment de toute discrimination.

Parmi les motifs de discrimination, il y a la race, l'origine nationale ou ethnique, la couleur, la religion, le sexe, l'âge et la déficience mentale ou physique. Bien que l'orientation sexuelle ne figure pas parmi les motifs de discrimination cités dans la Charte, la Cour suprême du Canada a jugé qu'elle était un motif analogue sur lequel il est possible de fonder une plainte de discrimination.

Avec les informations de Statistique Canada

Aucun thème sélectionné