•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Reprise des transferts de prisonniers

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2008 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'armée canadienne reprend les transferts de prisonniers aux autorités afghanes, après une interruption de quatre mois à la suite d'allégations de torture et de mauvais traitements dans les geôles afghanes.

Les forces militaires canadiennes déployées en Afghanistan ont recommencé à transférer des prisonniers aux autorités afghanes.

La remise de prisonniers à la police et à l'armée afghane avait été suspendue le 5 novembre dernier par Ottawa, à la suite d'allégations de torture et de mauvais traitements dans les prisons afghanes.

Selon l'armée canadienne, les conditions de détention des prisonniers se sont améliorées en Afghanistan. L'armée précise que depuis l'automne, un haut gradé afghan a été congédié à cause de cette affaire et des millions de dollars ont été consacrés à l'amélioration des conditions de détention des prisonniers.

Bernier confiant

Le ministre des Affaires étrangères, Maxime Bernier, a indiqué qu'il était « conscient que ça va bien se passer et que s'il y a un problème, les militaires canadiens ont toute l'autorité pour cesser de nouveau le transfert des détenus ».

M. Bernier a ajouté que son ministère a donné un avis favorable pour la reprise des transferts, estimant que cela se fait « dans l'intérêt des détenus et dans l'intérêt du Canada et du gouvernement afghan ».

Le ministre Bernier a précisé que des transferts de détenus aux autorités afghanes se font à l'heure actuelle.

Une reprise contestée

Pour les défenseurs des droits de la personne, cette reprise des transferts de détenus survient un peu trop rapidement. Alex Neve, secrétaire général d'Amnistie internationale pour le Canada, estime qu'il est difficile de croire que les autorités afghanes et canadiennes aient réglé tous les problèmes et abus en si peu de temps.

Qui plus est, les Forces canadiennes recommencent à transférer des détenus à peine trois semaines après l'identification, par une juge de la Cour fédérale, de problèmes systémiques de torture et d'abus de détenus dans les prisons afghanes.

L'organisme Amnistie internationale envisage de son côté de demander de nouveau à la Cour fédérale une injonction interlocutoire pour suspendre les transferts de détenus.

Avec les informations de La Presse canadienne

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.