•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Enfants en danger

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2008 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Une étude de la Santé publique de Montréal révèle que 5087 petits Montréalais inscrits en maternelle sur 15 000 n'ont pas la maturité scolaire requise pour entrer en première année.

Le cheminement scolaire de plus du tiers des enfants montréalais risque d'être difficile.

C'est ce que révèle une étude effectuée par la Direction de santé publique de Montréal (DSP) et intitulée En route pour l'école!

Cette enquête montre que seulement 65 % des enfants de maternelle ont la maturité scolaire requise pour commencer l'école.

Portrait de la maturité scolaire

Le portrait de la maturité scolaire d'un enfant de 5 ans s'évalue dans cinq domaines:

  1. santé physique et bien-être;
  2. compétence sociale;
  3. maturité affective;
  4. développement cognitif et langagier;
  5. habiletés de communication et connaissances générales.

La maturité scolaire est le degré de préparation des enfants pour l'école. Cette mesure, prise à la maternelle, constitue un bon indicateur de l'état de développement de l'enfant à son entrée à l'école.

Les enseignants de 200 écoles de l'île de Montréal ont participé à cette recherche en répondant à un questionnaire de plus de 100 questions. Les chercheurs ont établi une mesure globale de la maturité scolaire en regroupant les enfants vulnérables dans au moins un domaine pour chaque territoire de centre de santé et de services sociaux (CSSS) et de CLSC.

Définition de l'enfant vulnérable, selon le rapport

L'enfant vulnérable est celui dont le niveau de développement - dans au moins un domaine de maturité - se situe au-dessous du niveau attendu pour son âge.

Plus de 5000 enfants en danger

Pour l'ensemble de l'île, c'est 35 % des enfants (5087) qui, dans un ou plusieurs aspects de leur développement, sont vulnérables au moment de leur entrée à l'école. « C'est important et ça nous inquiète », affirme le directeur de la Santé publique de Montréal, le Dr Richard Lessard.

Proportion des enfants vulnérables en fonction d'un domaine analysé:

  • développement cognitif et langagier: 16,9 %
  • maturité affective: 15,1 %
  • habiletés de communication et connaissances générales: 13,4 %

« Quand l'enfant vulnérable arrive en première année, il apprend moins bien que les autres, il ressent les difficultés, il a de la misère à communiquer avec les autres. »

— Une citation de  Dr Richard Lessard

Géographie montréalaise de la vulnérabilité

À l'échelle des CLSC, les proportions d'enfants vulnérables varient de 23 % à 43 %. Cinq territoires peuvent être considérés à haut risque parce qu'ils ont tous un taux de vulnérabilité supérieur à 42 %:

  1. Mercier-Est/Anjou;
  2. Saint-Laurent;
  3. Montréal-Nord;
  4. Parc-Extension;
  5. Hochelaga-Maisonneuve.

Par ailleurs, avec 23 % d'enfants vulnérables, le CLSC du Plateau Mont-Royal est le territoire où les enfants risquent le moins d'éprouver des difficultés.

« Les études autres que la nôtre qui ont suivi ces enfants-là démontrent qu'ils sont condamnés à l'échec scolaire et, éventuellement, au décrochage. »

— Une citation de  >Dr Richard Lessard

Quand on se compare...

Le score moyen de Montréal est inférieur à la moyenne canadienne dans chacun des cinq domaines mesurés. Mais il est supérieur à celui de Vancouver dans tous les domaines. Toutefois, comparés aux jeunes Torontois, les petits Montréalais font meilleure figure en santé physique et bien-être ainsi qu'en communication et connaissances générales. En maturité affective et développement cognitif et langagier, c'est l'inverse.

Les conditions socioéconomiques

L'étude s'est intéressée aux liens entre certaines conditions socioéconomiques et la maturité scolaire.

Elle a tenu compte de facteurs comme la santé des nouveau-nés, l'immigration, la scolarité et le revenu.

Les auteurs de la recherche ont trouvé des résultats surprenants.

Ainsi, les conditions socioéconomiques sur le territoire du CLSC Saint-Laurent sont favorables. Ce territoire compte pourtant une proportion élevée d'enfants vulnérables.

Par contre, Saint-Michel, malgré de piètres indicateurs économiques, fait relativement bien pour ce qui est de la maturité scolaire. Le Dr Lessard attribue ce phénomène à une prise en charge par le milieu.

Les auteurs de la recherche concluent que ces cas suffisent à justifier des analyses plus poussées afin d'alimenter la réflexion sur les efforts souhaitables d'une communauté en vue d'améliorer la maturité scolaire de ses enfants.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.