•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une forteresse mondiale pour semences

Un complexe situé dans un archipel inhospitalier de l'Arctique protégera les semences du monde entier contre les changements climatiques, les guerres, les catastrophes naturelles et la désorganisation humaine.

La Norvège a inauguré, le 26 février, dans un archipel de l'Arctique, une arche de Noé moderne destinée à abriter des semences des diverses espèces végétales de la planète.

Le complexe ultra-moderne est situé dans le sol d'une montagne sur les îles Svalbard situées à un millier de kilomètres seulement du pôle Nord.

L'entrepôt est censé protéger la diversité végétale contre le changement climatique, les guerres, les catastrophes naturelles et la désorganisation humaine.

Le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, et la militante écologiste et récipiendaire du prix Nobel de la paix Wangari Maathai ont participé, mardi, à l'inauguration de cette réserve mondiale de semences.

Les semences de la dernière chance

L'abri est censé constituer une réserve de secours dans le cas où les 1400 autres banques de semences végétales du monde seraient touchées par des catastrophes.

De telles banques ont déjà disparu en Irak et en Afghanistan à cause de la guerre et une autre a été inondée aux Philippines à cause d'un typhon en 2006.

Le Pakistan et le Kenya, deux pays en proie à des troubles majeurs, ont déjà envoyé des collections de leurs semences. En Colombie, la police a passé les échantillons au peigne fin pour éviter tout trafic de stupéfiants.

Un véritable bunker

L'opération lancée il y a moins d'un an a coûté un peu plus de 9 millions de dollars payés par la Norvège.

L'endroit, divisé en trois chambres froides, permet de garantir la pérennité des principales variétés d'espèces agricoles si celles-ci venaient à disparaître dans leur milieu naturel. Le bunker offre une capacité de stockage qui peut contenir jusqu'à 4,5 millions d'échantillons de semences du monde entier.

Selon Cary Fowler, directeur du Fonds mondial pour la diversité des cultures qui est à l'origine du projet: « Les installations peuvent contenir deux fois plus de variétés qu'il n'en existe . »

« Elles ne seront pas remplies de mon vivant, ni de celui de mes petits-enfants », ajoute-t-il.

Le jour de son inauguration, elles contenaient environ 250 000 échantillons collectés auprès d'États et d'institutions qui resteront propriétaires de leurs graines.

L'immense archipel habité par 2300 personnes a été retenu à cause de son caractère relativement inhospitalier loin des désordres mondiaux. Malgré tout, l'endroit reste tout de même accessible et dispose d'un minimum d'infrastructures.

Son sol gelé en permanence assure à la réserve de semences un minimum de fraîcheur même en cas de défaillance du système de refroidissement.

Dans son cocon de béton armé et de portes blindées, on la dit aussi capable de résister à un missile nucléaire ou à un écrasement d'avion.

Une armure pas inutile dans une région qui a été frappée jeudi par un séisme d'une magnitude de 6,2 sur l'échelle de Richter, le plus fort séisme de l'histoire de la Norvège.

Avec les informations de Agence France-Presse

Aucun thème sélectionné