•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des voyageurs malmenés

Radio-Canada

Un reportage de l'émission Enquête fait état de pratiques brutales et illégales dans le transport du bétail.

Les animaux de ferme sont de grands voyageurs.

Mais leurs voyages ne se font pas sans heurts, si on se fie au constat qu'a fait l'émission Enquête lors d'un reportage sur le transport du bétail.

L'enquête que l'équipe de Radio-Canada a menée dans un marché à bestiaux près d'Ottawa montre que la brutalité est bel et bien présente.

Par exemple, pour empêcher que le verrat (porc mâle reproducteur) soit agressif durant le transport, on l'assomme en lui cassant le museau avec une barre de fer quelques heures avant l'embarquement.

C'est une vieille pratique connue dans le milieu sous le nom de boar bashing (frappement de verrat). Elle constitue une infraction au Code criminel.

Des militantes de la protection des animaux de ferme du groupe Animals' Angels ont porté plainte aux autorités canadiennes et déposé un rapport qui décrit les agissements.

Cependant, l'Agence canadienne d'inspection des aliments (ACIA) n'a pu prouver les allégations faites par les militantes du groupe de défense allemand.

L'ACIA prévoit néanmoins resserrer son règlement sur le transport des verrats, en imposant, entre autres, l'isolement des verrats dans le transport.

Parmi ses 49 recommandations, le tout récent Rapport Pronovost, intitulé Agriculture et agroalimentaire: assurer et bâtir l'avenir, préconise l'adoption d'un plan d'action préventif en matière de bien-être animal (recommandation numéro 38).

L'industrie devra donc se plier à ces règles et investir dans le transport de bêtes dont la viande est de moindre valeur.

Saviez-vous que...

Selon l'Agence canadienne d'inspection des aliments, 600 millions de bêtes sont abattues par année et, de ce nombre, plus de 2 millions meurent pendant le transport.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.