•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les réserves d'une fille rebelle

Radio-Canada

Alina Fernandez Revuelta, fille illégitime de Fidel Castro, qui renonce au pouvoir, ne s'attend pas à de grands changements à Cuba à court terme.

La fille illégitime de Fidel Castro, Alina Fernandez Revuelta, ne s'attend pas à de grands changements, du moins dans l'immédiat, après l'annonce par son père de sa retraite du pouvoir.

Elle minimise la portée de la démission du dirigeant cubain et croit que ce geste ne changera rien à court terme.

« Pour moi, ce n'est pas un grand événement. Je crois que c'est une formalité. Je crois qu'il n'est plus au pouvoir depuis plus d'un an et demi. Donc, c'est raisonnable, il ne pourra jamais retourner faire le travail qu'il faisait avant », dit-elle.

La fille rebelle, qui a participé mardi soir à l'enregistrement de l'émission Une heure sur Terre de Radio-Canada, vit en Floride depuis 1993. Figure de proue de l'opposition, elle a fui le régime instauré par son père il y a près de 50 ans.

D'après elle, ce régime survivra à son chef pendant encore un certain temps.

L'ombre des militaires

« Je pense qu'il y aura son frère [Raul Castro] qui sera le successeur pour un temps indéfini, et ce n'est pas un jeune homme. Ce sera intéressant de voir comment ils feront pour conserver le pouvoir. Je suis sûre que les militaires ne veulent pas lâcher le pouvoir », commente-t-elle.

Alina Fernandez Revuelta n'écarte pas une transition vers la démocratie à Cuba, mais elle croit que celle-ci surviendra longtemps après la mort de Fidel Castro.

Elle ne semble pas, par ailleurs, appréhender la disparition de son père. « On est toujours prêt pour la mort de quelqu'un qui a plus de 80 ans », lâche-t-elle sur un ton glacial.

Alina Fernandez Revuelta anime à Miami une émission sur les ondes de la radio la plus anticastriste de la ville. Elle a fui Cuba en se faisant passer pour une touriste.

« Je crois que j'avais le désir de quitter Cuba depuis que j'avais 10 ou 12 ans, et ça m'a pris 30 ans pour pouvoir accomplir ce désir », raconte-t-elle.

L'émission Une heure sur Terre est diffusée mercredi, à 21 h, à la télévision de Radio-Canada.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.