•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Fidel Castro renonce au pouvoir

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2008 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Après 49 ans à la tête de son pays, le président cubain se retire de la vie politique en raison de sa santé fragile qui l'empêche de mener les affaires de l'État.

Le président Fidel Castro renonce au pouvoir après 49 ans à la tête de Cuba. Le leader cubain de 81 ans n'occupera plus la présidence du Conseil d'État et le rôle de commandant en chef en raison de son état de santé. Il en a fait l'annonce dans un message publié dans le quotidien officiel Granma.

« Ce serait trahir ma conscience que d'occuper une responsabilité qui requiert une mobilité et un dévouement que ma condition physique ne me permet pas. Je veux expliquer cela sans dramatiser », d'expliquer le président Castro.

Depuis le 31 juillet 2006, Fidel Castro a remis les rênes du pouvoir à son frère Raul en raison des séquelles d'une hémorragie intestinale. Raul Castro, qui occupe donc le rôle du chef de l'État par intérim, est désigné depuis longtemps comme le dauphin de Fidel.

Le Parlement cubain se réunira le 24 février pour désigner les prochains dirigeants.

Si la maladie a éloigné du pouvoir Fidel Castro, il n'entend pas se retirer complètement. « Je ne vous fais pas mes adieux. Je souhaite combattre comme un soldat des idées. Je continuerai à écrire sous le titre "Réflexions du camarade Fidel" », écrit-il dans son message.

Celui qui a dirigé l'État cubain sans relâche au cours des 49 dernières années a tenu tête aux États-Unis. Dix présidents n'auront pas réussi, malgré un débarquement en 1961, des tentatives d'assassinat et un embargo économique draconien, à venir à bout de leur principal ennemi dans les Amériques.

Avec les informations de Agence France-Presse, et Reuters

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.