•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des documents contredisent Doucet

Radio-Canada

Des documents des autorités allemandes, obtenus par CBC, sèment le doute sur le témoignage de Fred Doucet, l'ancien chef de cabinet de l'ancien premier ministre Brian Mulroney.

Fred Doucet a assuré le comité de l'éthique de la Chambre des communes, dans son témoignage en début de semaine, que ses relations avec l'homme d'affaires germano-canadien Karlheinz Schreiber avaient commencé en 1990.

C'était plus d'un an après que M. Doucet eut quitté son poste au gouvernement.

Les documents obtenus par le réseau anglais de Radio-Canada (CBC) montrent que c'est faux. Le 2 novembre 1988, environ trois mois après son départ du gouvernement, M. Doucet a présenté une facture de 90 000 $. La facture portait l'en-tête de sa firme de consultation et était adressée à une entreprise albertaine appartenant à M. Schreiber, Bitucan Holdings.

Sur la facture, on peut lire « services professionnels », sans détail additionnel.

Un montant identique a aussi été facturé par la firme de lobby par trois autres partenaires, Gerry Doucet, frère de Fred, l'ancien premier ministre de Terre-Neuve Frank Moores, et un conservateur bien connu à l'époque, Gary Ouellet.

D'autres documents montrent qu'une semaine plus tard, le 15 novembre 1988, Bitucan Holdings a fait quatre chèques de 90 000 $ chacun aux quatre partenaires, et un autre chèque de 25 000 $ à Government Consultants International.

Devant le comité de l'éthique, Fred Doucet a consacré une grande partie de son témoignage à défendre son ami et ancien patron Brian Mulroney et à contredire Karlheinz Schreiber.

M. Doucet nie avoir demandé à l'homme d'affaires germano-canadien de transférer une partie des fonds tirés de la vente d'appareils Airbus à Air Canada dans un compte bancaire de M. Mulroney en Suisse.

Fred Doucet a confirmé qu'il avait organisé des rencontres entre les deux hommes à Mirabel et à New York, mais il a nié avoir été à l'origine de la visite de M. Schreiber à la résidence d'été du premier ministre au lac Harrington, en juin 1993.

À la fin des années 1980 et au début des années 1990, Fred Doucet a abattu du travail de lobby pour aider Thyssen AG, un client allemand de M. Schreiber, à construire au Canada une usine de fabrication de camions militaires blindés légers.

Le député libéral Robert Thibault croit qu'il faut ouvrir une enquête publique en bonne et due forme sur l'affaire Mulroney-Schreiber.

Avec les informations de La Presse canadienne

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.