•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Villeneuve et Carpentier échouent

Il n'y aura pas de Québécois sur la grille de départ du Daytona 500 dimanche, puisque Jacques Villeneuve et Patrick Carpentier ne réussissent pas à se qualifier.

DAYTONA - Ce sera pour une autre fois.

Tout comme Jacques Villeneuve, Patrick Carpentier ne sera pas au départ du Daytona 500, dimanche.

Les deux pilotes québécois avaient une deuxième chance de se qualifier, jeudi après-midi, mais ils n'ont pas réussi.

Patrick Carpentier avait une voiture plus puissante que celle de Jacques Villeneuve, et surtout mieux réglée, mais il n'en a pas tiré profit. Il a roulé derrière son compatriote... le temps que Villeneuve a été en piste.

Mais le problème vécu la veille en essais est réapparu. Une dégradation prématurée du pneu avant droit. Il a frappé le mur alors qu'il ne restait que trois tours à la course de qualification.

Son pneu souffrait depuis plusieurs tours et n'a pas tenu le coup.

« Ça faisait huit à dix tours que ça n'allait pas, a expliqué Carpentier à Radio-Canada Sports. On avait eu le même problème la veille. J'ai tenté de tenir le coup jusqu'au bout. Quand j'ai vu des bouts de mon pneu partir, j'ai dit à mon équipe: "We've got a problem". Je me suis mis près du mur en haut de la piste, afin que le choc ne soit pas trop violent, a-t-il admis. Je n'étais pas loin de l'arrivée, mais il m'a manqué deux tours. »

Au moment de l'accident, Carpentier avait déjà frappé le mur plusieurs fois et avait perdu du terrain, mais il a été dans le coup pendant presque toute la course.

Villeneuve perd le contrôle

Quant à Villeneuve, avec la pression de devoir participer à la course, pour convaincre des commanditaires de lui faire confiance, il n'a jamais pu se battre à la régulière dans une voiture mal réglée, qui avait développé un survirage chronique.

Durant le duel de 150 milles, il a plusieurs fois dû corriger sa trajectoire en sortie de virage. Il a finalement perdu le contrôle de sa Toyota Camry au 16e tour. C'était une question de temps.

Il a heurté le mur au virage no 4, entraînant trois autres voitures dans sa course, soit celles de Jamie McMurray, de Stanton Barrett et de Dario Franchitti.

« On est arrivé dans le virage à trois, j'ai glissé et je n'ai pas pu rattraper la voiture, a-t-il expliqué à Radio-Canada Sports. Pas de bobo, mais c'est dommage. Il faut maintenant s'assurer que nous serons en Californie à la prochaine course. Et je perds des points importants pour rester dans le top 35. »

Une place dans le top 35 après les cinq premières courses assure au pilote une place en course. Essentiel pour la visibilité des commanditaires.

« C'est ce qui arrive quand on se bat pour une position, a commenté l'ingénieur de Villeneuve, Richard Labbe. Il s'est bien battu. Mais c'est une piste plus difficile que celle de Talladega (où Villeneuve a tourné en 2007). C'est très décevant, car non seulement on ne marque pas de points, mais ça finit par un accident. »

Villeneuve, qui avait éprouvé des ennuis avec sa voiture la veille, a donc vécu une semaine difficile à Daytona. Et il ne sait même pas s'il pourra courir à Fontana.

Pour gagner leurs places sur la grille de départ de la course de dimanche, les deux Québécois devaient obtenir dans ce duel les deux meilleurs résultats parmi les pilotes non qualifiés.

Aucun thème sélectionné