•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un mardi décisif

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2008 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les candidats démocrates et républicains se préparent au Super Tuesday. Pas moins de 24 États tiennent des caucus ou des primaires. Chez les démocrates, 51 % des délégués à la convention nationale sont en jeu. Chez les républicains, cette proportion est de 45 %.

Après s'être accordé une rare pause, dimanche soir, en raison du Super Bowl, les aspirants à la présidentielle américaine de novembre prochain ont repris leur campagne respective à un rythme effréné lundi.

Barack Obama et Hillary Clinton, chez les démocrates, et John McCain, Mitt Romney et Mike Huckabee, chez les républicains, tentent tous de faire des adeptes de dernière minute en prévision de ce qui a été baptisé le super mardi.

Chez les démocrates, une série de sondages nationaux publiés en fin de semaine démontrent que le sénateur Obama a grandement resserré l'écart qui le séparait de sa collègue Hillary Clinton au cours des derniers jours. Les deux candidats sont pratiquement au coude à coude.

Chez les républicains, le sénateur de l'Arizona John McCain a clairement le vent dans les voiles, mais l'ancien gouverneur du Massachusetts, Mitt Romney, peut toujours espérer se maintenir dans la course.

Les électeurs de pas moins de 24 États sont appelés aux urnes mardi afin de choisir leur candidat favori, soit 22 pour les démocrates et 21 pour les républicains. Les deux partis tiennent leur concours de popularité au même moment dans 19 États.

Vote crucial

L'enjeu est éminemment important, étant donné que les citoyens de plusieurs États très populeux - et donc pouvant désigner le plus grand nombre de délégués aux conventions nationales des deux partis - se prononceront. Des votes auront notamment lieu en Californie, dans l'État de New York, au New Jersey et en Illinois.

Au total, pas moins de 51 % des 4049 délégués à la convention nationale des démocrates seront choisis. Chez les républicains, 45 % des 2380 délégués à la convention sont en jeu. Une petite portion de ces délégués demeurera libre de voter pour qui bon lui semble à convention.

Chez les démocrates, 2064 délégués sont en jeu, alors qu'il en faut 2025 pour remporter l'investiture. De ce nombre, 441 seront désignés en Californie et 281 à New York. Les délégués sont pratiquement tous attribués selon un système proportionnel, de sorte qu'il est possible que la course entre M. Obama et Mme Clinton demeure serrée malgré l'issue du vote.

Chez les républicains, 1081 délégués seront sélectionnés, alors qu'il en faut 1191 pour remporter l'investiture. De ce nombre, 173 seront issus de la Californie et 101 de New York.

Si les délégués de la Californie et de la Georgie (72 délégués) sont en bonne partie octroyés en fonction des résultats obtenus dans chacun des districts, la plupart des autres États ont opté pour une formule qui attribue au candidat vainqueur la totalité des délégués.

C'est notamment le cas de 87 des 101 délégués new-yorkais, de 58 délégués du Missouri, des 52 délégués du New Jersey et de 50 des 53 délégués de l'Arizona.

Parmi les autres États qui tiennent des primaires ou des caucus, mardi, notons, l'Illinois, le Massachusetts, le Minnesota, le Tennessee, le Colorado, le Connecticut, l'Alabama, l'Oklahoma, l'Utah, l'Arkansas, l'Alaska, le Delaware et le Dakota du Nord.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.