•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Juneau à l'honneur

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2008 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Joé Juneau est nommé personnalité de l'année par La Presse/Radio-Canada. L'ancien joueur du Canadien s'implique auprès des jeunes Inuits en les initiant au hockey.

L'après-carrière d'un hockeyeur est rarement synonyme d'exil à Kuujjuaq...

C'est pourtant ce qu'a fait Joé Juneau, l'ancien joueur du Canadien.

Depuis quelques mois, il s'est établi dans le Grand Nord avec sa femme et ses enfants. Il a créé un programme qui a pour but de soutenir les Inuits dans leur cheminement scolaire, en les initiant au hockey.

C'est pour cette raison qu'il a été nommé personnalité de l'année 2007 La Presse/Radio-Canada.

Dans le fond, l'idée était très simple, puisque c'est un genre de programme Sports-Études, comme il y en a plusieurs dans les écoles secondaires du Québec.

Les résultats sont déjà très concluants. Les jeunes mettent les efforts nécessaires à l'école pour gagner leur accès à la patinoire.

Depuis des lunes, les problèmes des jeunes Inuits sont connus. Plusieurs d'entre eux préfèrent malheureusement la délinquance aux bancs d'école.

En les incitant à jouer au hockey, Juneau leur permet d'apprécier l'école, car ces deux activités sont désormais liées.

Modeste

Même s'il est flatté de recevoir cet honneur, Juneau refuse de s'attribuer le mérite.

« Ce n'est pas quelque chose que je veux prendre personnellement, c'est un accomplissement de groupe, un beau travail d'équipe. »

C'est par un beau hasard de la vie qu'il s'est retrouvé au Nunavik. Las des voyages dans les hôtels et les musées, il est allé faire un tour dans le Nord du Québec et ça a été le coup de foudre. Il a alors décidé d'agir et d'aider ces jeunes qui sont trop souvent laissés à eux-mêmes.

Simplicité volontaire

Après avoir connu le luxe grâce aux millions de dollars qu'il a accumulés durant sa carrière de hockeyeur professionnel, la nouvelle vocation de Juneau lui a permis de revenir à un mode de vie beaucoup plus simple.

Fini, les cellulaires et la vie de pacha.

Ce sacrifice, s'il en est un pour cette famille, était nécessaire pour l'ancien athlète originaire de Pont-Rouge. Avant de s'y installer, Juneau faisait souvent la navette entre Kuujjuaq et Québec.

« J'avais l'impression d'accomplir quelque chose lorsque j'y étais, mais quand je revenais à Québec, c'est comme si je décrochais du programme. Un mois plus tard, tout était à recommencer », a-t-il expliqué.

De toute évidence, sa nouvelle vie le passionne et le rend très heureux.

« Je ne pense pas que je pourrais aller rechercher quelque chose ailleurs qui serait aussi fort », a conclu celui qui a fêté ses 40 ans au début de l'année.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.