•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les Cubains renouvellent leur Assemblée

Radio-Canada

Le résultat des élections, dirigées par le Parti communiste cubain, ne devrait pas créer beaucoup de surprises. Le suspense est plutôt entretenu par l'évolution de la santé de Fidel Castro, seul facteur déterminant de son avenir politique.

Que va devenir Fidel Castro? Il faudra attendre le 24 février pour le savoir. C'est à cette date que la nouvelle Assemblée nationale du pouvoir populaire (ANPP), qui était élue dimanche par les 8,4 millions d'électeurs cubains, décidera si oui ou non Fidel Castro sera de nouveau porté à la tête de l'État.

Le 24 février, les 614 députés de l'Assemblée désigneront parmi eux les 31 membres du Conseil d'État qui composent le gouvernement de l'île communiste, ainsi que le chef de l'État. Invariablement, leur choix se porte sur Fidel Castro.

Évidemment, la décision de l'ANPP dépendra bien plus de l'état de santé de Fidel Castro - sans qui rien ne se décide dans l'île - que des convictions de chacun des députés.

Si Fidel Castro va mieux...

Fidel Castro, âgé de 81 ans et au pouvoir depuis 1959, est en effet tenu éloigné des affaires depuis juillet 2006 en raison d'une importante opération intestinale. En attendant son éventuel rétablissement, c'est son frère Raul qui assure l'intérim à la tête de l'État.

Malgré de récentes déclarations évoquant son retrait éventuel de la vie politique, Fidel Castro croit encore son retour possible. Depuis son opération, il s'est fait réélire député, une étape obligée dans le système politique cubain avant que les députés ne votent pour renouveler le Conseil d'État.

Il a également voté dimanche, vraisemblablement depuis un hôpital de La Havane dont l'identification relève du secret d'État.

« Des vents froids venus du Nord accompagnés de pluies fines dans la région occidentale prétendent conspirer contre nos élections. J'ai accompli [mon devoir électoral], mais je ne me suis pas mouillé », a déclaré Fidel Castro dans un message lu à la télévision par un présentateur, faisant ainsi référence au mauvais temps qui sévissait.

Raul Castro plus circonspect

D'autres personnalités politiques semblent également croire en son retour. C'est le cas du vice-président Carlos Lage qui a déclaré à la télévision que le dirigeant cubain se portait « très bien » et que « sans aucun doute, il y a des progrès dans sa convalescence ». Il a ajouté qu'il voterait pour Fidel Castro à la présidence de l'État.

Raul Castro, plus mesuré, a déclaré que Cuba devait prendre « de grandes décisions », mais que celles-ci se feraient « petit à petit » dans « une étape complexe ». Il n'a pas souhaité en dire plus.

Quant au résultat du vote de dimanche, il ne devrait pas y avoir beaucoup de surprises: le nombre de candidats est égal au nombre de postes à pourvoir et le processus électoral, strictement encadré par le Parti communiste cubain, se déroule traditionnellement sans aucune concurrence.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.