•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Harper tente de calmer le jeu

Radio-Canada

Pendant que le premier ministre du Canada minimise la portée des commentaires du secrétaire américain à la Défense sur l'OTAN, celui-ci les reformule, mais dénonce tout de même un manque de compétence.

Les critiques de mercredi du secrétaire américain à la Défense, Robert Gates, à l'endroit de l'OTAN ont suscité de vives réactions sur la scène politique canadienne.

Le Los Angeles Times a révélé que le patron du Pentagone avait émis des doutes sur l'aptitude au combat des troupes de la Force internationale d'assistance à la sécurité (FIAS) déployées dans le sud de l'Afghanistan.

Le Canada se trouvait pris à partie puisque les forces engagées dans le sud de l'Afghanistan sont principalement composées de soldats britanniques, canadiens et néerlandais.

À l'instar de son ministre de la Défense, le premier ministre Stephen Harper a tenté de minimiser la controverse. Durant une visite en Saskatchewan, il a affirmé que les autorités américaines lui avaient transmis leur appréciation et leur confiance envers les Forces canadiennes.

La veille, le porte-parole en matière de défense pour le Parti libéral, Denis Coderre, avait jugé inacceptables les propos du secrétaire américain à la Défense. Il avait demandé à Ottawa de réclamer des excuses officielles de la part de l'administration Bush.

Les néo-démocrates, qui sont opposés à la guerre et réclament le retrait immédiat des troupes canadiennes, ont qualifié les commentaires cités de « totalement inappropriés ».

Leur chef, Jack Layton, prévoit que les critiques américaines devraient favoriser un non-renouvellement de la mission canadienne en Afghanistan au-delà de 2009.

Des commentaires désobligeants selon l'OTAN

En entrevue avec le réseau anglais de Radio-Canada, le porte-parole de l'OTAN, James Appathurai, a estimé que les commentaires de M. Gates étaient désobligeants.

Je serai très franc. Je ne pense pas que l'effet de l'article du Los Angeles Times ait été très positif.

James Appathurai

« La spéculation médiatique à propos de divisions entre les alliés n'est pas aidante. C'est encore pire lorsqu'il y a effectivement de la division entre des alliés, mais je ne pense pas qu'il y en ait. »

Robert Gates réfute, mais en rajoute

Robert Gates a réfuté jeudi l'existence d'un désaccord entre les États-Unis et leurs alliés au sein de l'OTAN à propos de l'Afghanistan.

Lors d'une conférence de presse, le secrétaire américain à la Défense s'est employé à dégonfler la polémique en jurant que ses critiques « étaient adressées à l'Alliance, et non à des pays en particulier », et en vantant « la bravoure et le sacrifice » des forces de l'OTAN engagées dans le sud de l'Afghanistan, bastion des talibans.

M. Gates a néanmoins réaffirmé que « l'Alliance dans son ensemble » n'était « pas entraînée aux opérations de contre-insurrection, même si certains pays ont une expertise particulière et des succès dans ce domaine ».

La plupart des forces européennes [...] ne sont pas formées à la lutte contre la guérilla.

Robert Gates

Il compare les difficultés de l'OTAN dans le Sud, où se concentrent les plus durs des combats, avec les « progrès » que feraient, selon lui, les troupes américaines dans l'Est.

Les alliés des États-Unis au sein de l'Alliance ont fait part de leur préoccupation à la suite des propos rapportés par le Los Angeles Times.

Le ministre a toutefois réaffirmé que l'OTAN ne disposait pas de troupes suffisamment entraînées aux opérations de lutte contre la guérilla.

« Il faut reconnaître que l'Alliance, dans son ensemble, n'est pas formée aux opérations de lutte anti-insurrectionnelle, même si certains pays disposent dans ce domaine d'une expertise considérable », a-t-il dit.

Un porte-parole du ministre néerlandais de la Défense a indiqué à l'Agence France presse que M. Gates lui avait tout de même téléphoné pour s'excuser. Il n'a pas précisé la teneur de l'échange.

En dehors des États-Unis, la Grande-Bretagne, le Canada, les Pays-Bas, le Danemark, l'Estonie et la Roumanie ont déployé des troupes dans le sud de l'Afghanistan.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.