•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'heure de la retraite

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2008 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La double championne olympique Danielle Goyette annonce qu'elle accroche ses patins, après 16 ans au sein de l'équipe nationale.

L'une des athlètes les plus récompensées de l'histoire tire sa révérence.

Après 16 ans au sein de l'équipe nationale de hockey féminin, Danielle Goyette annonce sa retraite, à l'âge de 41 ans.

Goyette affiche un palmarès plus qu'intéressant avec, entre autres, huit championnats du monde, deux médailles d'or et une d'argent aux Jeux olympiques. En tout, ce sont 20 médailles d'or et 4 d'argent que la Québécoise a remportées.

« Je suis à la fois triste et énervée de quitter l'équipe nationale. J'ai accumulé tellement de souvenirs au cours des 16 dernières années et ce sera difficile de ne plus être sur la glace », a déclaré Goyette.

Elle a aussi eu l'honneur d'être la première joueuse de hockey à porter le drapeau pour le Canada.

Elle est l'une des trois seules joueuses de l'histoire du pays à avoir marqué 100 buts, les autres étant Hayley Wickenheiser et Jayna Hefford. Au total, elle se trouve au 2e rang pour les points avec 219.

Pas si mal pour quelqu'un qui a commencé à jouer au hockey à 15 ans...

Derrière le banc

Malgré la retraite, l'athlète native de Saint-Nazaire ne s'éloignera pas du hockey. Elle agissait d'ailleurs à titre d'entraîneuse adjointe pour l'équipe canadienne aux récents Championnats du monde des moins de 18 ans. Elle en est aussi à sa première saison comme entraîneuse-chef de l'équipe féminine de l'Université de Calgary.

« Je suis enjouée à l'idée d'un nouveau départ en tant qu'entraîneuse et je m'y concentrerai entièrement, autant avec Équipe Canada qu'avec les Dinos (l'équipe de l'Université de Calgary) », a mentionné l'ex-hockeyeuse.

« Danielle Goyette a été et sera toujours une ambassadrice extraordinaire pour le hockey féminin, non seulement au Canada, mais partout dans le monde », a souligné Bob Nicholson, le président de Hockey Canada.

L'âge la rattrape

La future candidate au Temple de la renommée du hockey international a commencé à sentir le poids des années.

Physiquement, elle est encore en très bonne forme, mais la double vie de joueuse et d'entraîneuse ne lui convenait plus.

« Je respecte trop le programme canadien et si je ne peux m'entraîner 11 mois par année comme je le faisais avant, je ne pense pas que je mérite de faire partie de l'équipe », a-t-elle mentionné.

« Je ne veux pas me mentir, je vieillis. Je veux faire une différence dans l'équipe, je ne resterai pas dans l'équipe juste pour être contente d'être là. Si je ne peux plus faire une différence, à quoi bon rester? », a poursuivi Goyette, qui fêtera ses 42 ans le 30 janvier.

L'ex-hockeyeuse a aussi eu tout un choc lorsqu'elle a réalisé qu'elle était plus vieille que la mère de sa coéquipière Tessa Bonhomme, l'an dernier.

« Honnêtement, la différence d'âge entre les plus jeunes joueuses et moi se fait de plus en plus grande. Nous n'avons pas grand-chose en commun à l'extérieur de la glace », a conclu Goyette.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.