•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Anciens combattants meurtriers

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2008 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Au moins 121 vétérans des guerres d'Irak et d'Afghanistan ont commis un meurtre ou ont été inculpés d'homicide après leur retour aux États-Unis. C'est ce que rapporte le New York Times dans sa livraison de dimanche.

Les vétérans des États-Unis sont nombreux à avoir commis des meurtres, mais le New York Times dit avoir aussi recensé de nombreux homicides commis par des militaires toujours en service et de nouveaux vétérans.

Dans le cas des vétérans de plus longue date, le journal fait état d'au moins 121 cas de meurtres ou d'homicides.

Dans le cas des homicides impliquant du personnel militaire en service et des soldats qui ont quitté l'armée depuis seulement six ans, le journal en dénombre 349. C'est une hausse de 89 % par rapport à la précédente période de six ans.

Presque les trois quarts de ces homicides impliquent d'anciens combattants en Irak et en Afghanistan, ajoute le New York Times.

La méthologie du New York Times

Les chiffres du quotidien sont basés sur des recherches dans la presse locale, les archives de la police, de la justice et de l'armée. Le journal a aussi eu des entretiens avec les accusés, leurs avocats et leurs familles, les familles des victimes et des responsables militaires et policiers.

Un porte-parole de l'armée cité dans le quotidien, le lieutenant-colonel Les Melnyk, s'interroge sur la méthode employée dans l'enquête. Il note qu'il s'agit d'une compilation de crimes allant de l'homicide involontaire à l'assassinat. Le lieutenant-colonel estime que cette hausse n'est qu'apparente et qu'elle reflète simplement « une augmentation de la sensibilisation des journalistes à l'action des militaires depuis le 11 septembre 2001 ».

Le Pentagone n'avait pas encore réagi dimanche à l'article du New York Times.

Les 121 meurtres vont de la fusillade aux attaques à coups de couteau, en passant par des noyades dans une baignoire et des accidents mortels sous l'influence de l'alcool, selon le New York Times. Tous les meurtres, sauf un, ont été commis par un homme.

Environ un tiers des victimes étaient la petite amie ou un proche de l'accusé. Par exemple, une fillette de deux ans a été tuée par son père, 20 ans, qui se remettait de ses blessures. Un quart des victimes travaillait pour l'armée. Un soldat a été poignardé et brûlé par des camarades au lendemain de leur retour d'Irak.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.