•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les conservateurs ridiculisent Dion

Radio-Canada

La secrétaire d'État aux Affaires étrangères du Canada, Helena Guergis, se moquent de la visite de Stéphane Dion en Afghanistan.

Les conservateurs de Stephen Harper se moquent de la visite de Stéphane Dion en Afghanistan.

La secrétaire d'État aux Affaires étrangères du Canada, Helena Guergis, affirme qu'il a fallu plus de un an au chef des libéraux, depuis son élection, pour trouver le chemin de Kaboul.

Le chef des libéraux et son adjoint ont rencontré le président Karzaï durant leur voyage à Kaboul. C'était pour lui expliquer la position des libéraux au sujet du rôle que les forces canadiennes devraient assumer à l'avenir en Afghanistan.

« Cela a été l'occasion rêvée de rencontrer en personne le président Karzaï et d'apprendre par sa bouche les résultats de la présence ici des Canadiens, militaires ou civils », a déclaré M. Dion.

M. Ignatieff a indiqué pour sa part que la discussion a été « très fructueuse sur la mission de l'OTAN en Afghanistan et sur la part que le Canada y a prise [...] ».

MM. Dion et Ignatieff ont fait part au président afghan de leur souhait de voir la mission de combat canadienne à Kandahar prendre fin en février 2009. Ils ont toutefois plaidé pour la poursuite des efforts diplomatiques et de développement, et ont même évoqué « la possibilité du prolongement d'une présence militaire ».

Par ailleurs, la rencontre a porté sur « l'utilité et de l'efficacité des attaques aériennes et des manoeuvres d'artillerie comme moyens de lutte contre l'insurrection ».

Les deux hommes ont aussi fait savoir au président Karzaï qu'ils tenaient à ce que « le Canada réclame une solution immédiate, à l'échelle de l'OTAN, pour empêcher que des détenus risquent la torture en cas de transfert ».

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.