•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Faut-il redouter le redoux?

Radio-Canada

La hausse des températures commence à avoir des effets dans certaines régions, où plusieurs rivières sont sous surveillance. Les météorologues précisent toutefois que le phénomène n'a rien d'exceptionnel puisqu'il est très fréquent en janvier dans le sud du Canada.

Un vaste front chaud en provenance de la Californie et du sud des États-Unis a momentanément chassé du Canada les rigueurs de l'hiver, suscitant chez de nombreux Canadiens l'espoir d'un printemps hâtif.

Cet espoir, cependant, risque fort, comme chaque année, d'en décevoir en grand nombre, le traditionnel redoux de janvier ne durant habituellement que quelques jours.

D'ailleurs, si Environnement Canada prévoit que les températures demeureront au-dessus des moyennes saisonnières mercredi, le mercure devrait s'affaisser considérablement jeudi, passant à Montréal de 10 degrés Celsius la veille à seulement 2 degrés Celsius.

Ailleurs au pays, des villes comme Toronto, Ottawa, Halifax et Saint-Jean, au Nouveau-Brunswick, vivront, avec un mercure oscillant au-dessus de 10 degrés Celsius, une journée d'hiver au-dessus des moyennes saisonnières.

Les redoux de janvier sont fréquents et Environnement Canada précise que seule l'année 1977 en a été exempte.

Des experts estiment toutefois que le phénomène, qu'ils refusent d'attribuer au réchauffement climatique, est de plus en plus long et de plus en plus fréquent qu'auparavant.

La situation dans les régions

À Huntingdon, la fonte rapide des neiges a causé le débordement de la rivière à la Truite. Le centre-ville pourrait être inondé mardi après-midi et la Ville pense évacuer quelque 200 personnes.

Un avertissement de crue importante a été également émis pour la rivière Châteauguay, en Montérégie, et ses affluents.

En Mauricie et dans le Centre-du-Québec, plusieurs cours d'eau sont sous surveillance, dont les rivières Nicolet, Bécancour et Saint-François. Par ailleurs, les stations de ski Vallée-du-Parc et du Mont-Carmel ainsi que plusieurs patinoires publiques sont fermées en raison du redoux.

La vigilance est aussi de mise en Ontario ,où les autorités déconseillent aux citoyens de s'aventurer près des cours d'eau. Les sentiers de motoneige de la province ont dû être fermés.

À Ottawa, c'est le brouillard qui couvre la ville, rendant la circulation automobile difficile. Le trafic aérien est également touché. Quelque 70 vols ont été annulés, lundi, en partance ou à destination de l'aéroport d'Ottawa.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.