•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Guerre des nerfs

Radio-Canada

Le Pentagone affirme que cinq vedettes iraniennes ont menacé trois navires américains en fin de semaine dans le détroit d'Ormuz, un passage stratégique pour le pétrole du Golfe.

Le Pentagone affirme que cinq vedettes iraniennes ont menacé trois navires de guerre de la Marine américaine, dans la nuit de samedi à dimanche, dans le détroit d'Ormuz, un passage stratégique pour le pétrole des pays du Golfe.

L'armée américaine confirme ainsi une information diffusée quelques minutes plus tôt sur les ondes du réseau CNN, qui s'appuyait sur des sources militaires non identifiées.

Peu de temps après, le ministère iranien des Affaires étrangères a confirmé l'information et a tenu à minimiser la portée de l'incident.

Passage stratégique

Le détroit d'Ormuz, qui relie le golfe Persique au golfe d'Oman, est un passage marin qui se réduit à une largeur de 34 kilomètres entre Oman et l'Iran. Selon le département américain de l'Énergie, 17 des 18,2 millions de barils de pétrole exportés chaque jour depuis les pays du Golfe (Iran, Irak, Bahrein, Koweït, Qatar, Arabie saoudite et pays des Émirats arabes unis) transitaient par le détroit d'Ormuz en 2006.

La chaîne américaine affirme que les bateaux iraniens, que le Pentagone présume appartenir aux Gardiens de la Révolution, se sont approchés à environ 180 mètres des navires américains.

Un haut responsable américain a affirmé à CNN que les Iraniens ont envoyé le message suivant à l'intention des marins américains: « Je vais vous attaquer. Je vais vous faire exploser dans quelques minutes ».

Le réseau affirme en outre que la Marine américaine s'apprêtait à donner l'ordre d'ouvrir le feu lorsque les vedettes de la République islamique ont finalement fait demi-tour.

Un porte-parole de la Maison-Blanche a mis en garde l'Iran contre tout « agissement provocateur qui pourrait conduire à un incident dangereux ». Un porte-parole du département d'État a pour sa part déclaré que les États-Unis affronteront l'Iran « quel que soit l'endroit où il tentera de nous porter tort à nous ou à nos alliés de la région ».