•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Portrait génétique du Québec

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2008 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le recrutement de candidats afin de créer l'une des plus importantes banques de données génétiques sur la santé au Québec commence dans les régions de Montréal, de la Montérégie et de l'Estrie.

La première carte génétique du Québec prendra forme dans les prochaines semaines.

Après cinq ans de préparation, le projet de recherche en génomique CARTaGENE commence à recruter ses premiers sujets.

Cette cartographie des gènes de la population québécoise permettra de mieux cerner les bases génétiques des maladies, et ainsi de mieux les traiter.

Ces quelques 1000 premiers volontaires, âgés de 40 à 69 ans, ont été sélectionnés au hasard dans les régions de l'Estrie, de Montréal et de la Montérégie à partir de la liste de bénéficiaires de la Régie de l'assurance-maladie du Québec.

Ils recevront par la poste une brochure sur le projet, avant d'être contactés quelques jours plus tard au téléphone.

Grâce à leur participation, les chercheurs vérifieront les détails techniques de l'étude. Ils entameront ensuite les recherches formelles qui commenceront au mois de mai et recueilleront les données auprès d'un total de 20 400 Québécois.

Les participants devront répondre à un questionnaire, faire prendre des mesures physiques et remettre un échantillon de sang et d'urine.

Les données recueillies seront analysées afin de cibler, par exemple, les maladies qui devraient faire l'objet de tests de dépistage auprès des générations à venir ou les habitudes de santé à promouvoir.

Les chercheurs ont choisi des sujets dans la tranche d'âge de 40-69 ans parce qu'ils savent qu'environ le tiers de ces sujets sont déjà des victimes de l'hypertension, de maladies cardiovasculaires, de l'arthrite et d'autres maladies.

Mais les deux tiers n'ont rien et on veut aussi savoir pourquoi ils n'ont rien et quelle est la contribution du génome dans l'environnement par rapport à la santé et à la maladie.

Claude Laberge, directeur scientifique de CARTaGENE

Prévoir l'état de santé du Québec

Les sujets qui feront partie de l'étude exhaustive seront suivis pendant une période de 50 ans à partir de bases de données gouvernementales comme l'assurance-maladie, l'assurance-hospitalisation ou le registre de cancer.

Ainsi, selon les observations, CARTaGENE pourrait être en mesure de recommander que certains tests soient effectués par les médecins ou les hôpitaux.

En outre, ces informations sur les gènes des Québécois seront comparées à celles d'une vingtaine d'autres biobanques en provenance de 35 pays et pourraient permettre de déterminer le rôle de différents environnements dans l'expression des gènes.

Les données de CARTaGENE seront entièrement publiques, et ne sont financées que par des organismes publics.

Génome Québec et Génome Canada ont tous deux injecté 15 millions de dollars dans ce projet de 34,5 millions. L'Université de Montréal joue un rôle de premier plan dans le projet.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.