•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une saison perdue en Russie

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2008 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Moscou avant Medecine Hat... Andrei Kostitsyn regrette sa saison jouée en Russie à l'âge de 18 ans, un choix qui a retardé son développement.

« Si c'était à refaire, j'aurais pris la même décision que mon jeune frère Sergei. J'ai perdu une saison à Moscou. »

Repêché au premier tour par le Canadien en 2003, Andrei Kostitsyn n'a pas pris immédiatement la route de l'Amérique. Avec le recul, c'est un choix qu'il regrette.

En 2003-2004, Kostitsyn, alors âgé de 18 ans, portait les couleurs du CSKA de Moscou de la Super Ligue russe.

« Je jouais environ cinq minutes par match et ce n'était pas bon pour mon développement », affirme le Bélarussien, qui a récolté une seule passe en 12 matchs lors de cette saison.

Joint par Radio-Canada Sports à Pardubice en République tchèque, le directeur du recrutement du Canadien, Trevor Timmins, abonde dans le même sens.

« Les droits d'Andrei appartenaient aux Tigers de Medecine Hat de la Ligue junior de l'Ouest, précise Timmins. Avec une saison junior au Canada, il aurait assimilé plus rapidement le hockey nord-américain plutôt que de jouer très peu en Russie avec des joueurs plus vieux que lui. L'exemple de son frère Sergei le démontre. »

Un grand repêchage

Le CH a toujours cru au potentiel de Kostitsyn. Tellement, qu'il l'a sélectionné au 10e rang en 2003 devant les Ryan Getzlaf, Zach Parise, Mike Richards, Corey Perry et Dustin Brown.

« Il y a des joueurs qui ont besoin de plus de temps pour se développer, affirme Timmins. Mais de la façon dont il joue depuis une dizaine de matchs, on voit qu'il est sur le point de s'établir comme un attaquant d'impact. »

« Dans 15 ans, ce sera plus facile de dire qui avait raison, ajoute l'entraîneur Guy Carbonneau. Tous les ans, les recruteurs et les directeurs généraux ont des décisions difficiles à prendre lorsque le repêchage arrive. »

Enfin l'éclosion?

Ce n'est pas 12 matchs qui font une carrière, mais Kostitsyn connaît possiblement sa meilleure séquence depuis ses débuts dans la LNH.

À ses 12 derniers matchs, il a amassé 13 points, dont 6 buts.

« J'ai la chance de jouer avec deux bons joueurs en Tomas Plekanec et Alex Kovalev, précise Kostitsyn. On s'entend bien sur la glace et c'est bon pour la confiance de me retrouver avec les mêmes joueurs. »

« Andrei joue présentement le hockey qu'on espérait de lui, précise Carbonneau. On savait qu'il avait un bon coup de patin et un bon tir, mais il devait apprendre à travailler au niveau de la LNH. »

Avec le petit frère

Coïncidence ou non, Andrei accumule les points à un bon rythme depuis le rappel de son jeune frère de Hamilton.

« Je crois que c'est un hasard, affirme Andrei. Je me réjouis de la présence de Sergei, on passe beaucoup de temps ensemble. Sergei est mon cochambreur à l'étranger. »

Aux yeux de Carbonneau, le rappel de Sergei n'explique pas le rendement d'Andrei.

« Il jouait bien même avant que Sergei arrive, précise Carbonneau. Andrei est plus constant que l'an dernier. Il a commencé à réaliser qu'il ne pouvait pas prendre de jours de congé, sinon son temps de glace baisserait ou il se retrouverait dans les estrades. »

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.