•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Créer et entretenir le tissu social

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2007 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le Musée québécois de culture populaire, à Trois-Rivières, présente une exposition qui retrace l'histoire des jeux comme les dames, les échecs et le Monopoly.

Nous avons tous passé Go et encaissé 200 $.

Nous avons tous accusé le colonel Moutarde dans le salon, avec le chandelier.

Et chaque fois, fusaient des éclats de rire.

Nous jouons pour le plaisir et pour gagner.

Enjeu social des jeux

Surtout, nous jouons pour être en compagnie des gens que nous aimons. Jouer rapproche. Jouer crée un lien social.

C'est pourquoi le Musée québécois de culture populaire, à Trois-Rivières, présente une exposition intitulée « Se prendre au jeu ». L'exposition met en vedette les jeux de société et leur histoire.

Le visiteur apprendra que les jeux de société ont vu le jour il y a environ 6000 ans. C'est à cette époque qu'on a commencé à utiliser les osselets, ancêtres des dés, pour jouer.

Particularité de l'exposition

L'exposition présentée à Trois-Rivières met l'accent sur :

  • les différentes catégories de jeux : stratégie, hasard, habileté, connaissance;
  • les jeux qui ont marqué des générations comme les dames, les échecs et le Monopoly;
  • les créateurs de jeux québécois qui se sont taillé une place enviable dans l'univers des jeux de société;
  • le vocabulaire et les aspects sociaux du jeu de société.

Poker, Scrabble et Risk sont déployés pour illustrer divers types d'amusement. Le tricheur apprendra enfin pourquoi il est mal vu . Le bluffeur, pourquoi il est utile de montrer de l'assurance même quand il n'a rien dans sa main.

L'exposition comprend des pièces provenant des collections suivantes:

  • Musée québécois de culture populaire
  • Musée de la civilisation de Québec
  • Séminaire de Nicolet

De nombreux jeux fabriqués à différentes époques sont exposés :

  • un jeu de mah-jong créé autour de 1900 et rapporté de Chine par un prêtre du Séminaire de Nicolet au début du XXe siècle ;
  • un damier de fabrication artisanale créé à peu près en 1885 ;
  • une adaptation d'un jeu de Monopoly conçu par Charlotte Dumont, de Lévis, en 1935.

Pour découvrir l'Anti-monopoly et les particularités du jeu de dames à la canadienne, il faut voir cette exposition présentée jusqu'au 18 janvier 2009.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.