•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des discussions « fructueuses »

Radio-Canada

Le ministre canadien des Affaires étrangères s'entretient avec son homologue américaine. Ils ont discuté de la sécurité à la frontière et de la mission en Afghanistan.

Ce sont les questions de la sécurité à la frontière canado-américaine et de la mission en Afghanistan qui ont été abordées jeudi à Washington. Le ministre canadien des Affaires étrangères, Maxime Bernier, s'est entretenu avec Condoleezza Rice, son homologue américaine.

Lors d'un point de presse, Maxime Bernier a qualifié les discussions de « fructueuses ». Toutefois, il n'a pas voulu dire s'il avait été question de l'emprisonnement du Canadien Omar Kadhr, détenu à la prison américaine de Guantanamo, située à Cuba.

À propos de la mission en Afghanistan, Maxime Bernier l'a qualifiée d'essentielle. De plus, il a profité de l'occasion pour rappeler l'importance d'assurer la mobilité des gens et des biens entre les deux pays de façon sécuritaire et efficace.

Merci

Pour sa part, Condoleezza Rice a remercié le Canada pour son intervention militaire en Afghanistan. Elle a qualifié d'inestimable et d'efficace le rôle du pays dans ce dossier. Elle a assuré que l'ultime sacrifice des soldats canadiens tombés au combat n'est pas vain.

Par ailleurs, la secrétaire d'État n'a pas voulu dire si le gouvernement américain allait ajouter des soldats en Afghanistan, au moment où il prévoit diminuer sa présence en Irak. Maxime Bernier a précisé que l'OTAN devrait décider de l'avenir de sa mission dans ce pays au cours d'une rencontre prévue pour le mois d'avril.

Notons enfin que, contrairement à ce qui était prévu, rien n'a été dit à propos de la possibilité de permettre aux travailleurs canadiens de travailler dans la conception d'armes militaires stratégiques, y compris ceux qui possèdent une double nationalité.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.