•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'OTAN révise sa stratégie

Radio-Canada

Les ministres de la Défense de huit pays présents dans le sud de l'Afghanistan sont réunis afin d'élaborer une nouvelle stratégie pour se sortir du bourbier afghan et venir à bout de l'insurrection talibane.

Alors qu'une pléiade de rapports indépendants font état d'une nette dégradation de la sécurité dans le sud de l'Afghanistan, les ministres de la Défense de huit pays membres de l'OTAN présents dans cette région se sont réunis à Édimbourg, vendredi, pour élaborer une nouvelle stratégie.

Selon un haut responsable militaire américain, il ne faut pas s'attendre à ce que les ministres recommandent un renforcement du dispositif militaire, mais plutôt qu'ils oeuvrent à la rédaction d'un plan-cadre précisant la mission des troupes alliées au cours des trois à cinq prochaines années.

Le contingent de l'OTAN dans le sud du pays se compose de troupes américaines, britanniques, canadiennes, australiennes, néerlandaises, danoises, estoniennes et roumaines.

Le secrétaire américain à la Défense, Robert Gates, tout comme ses homologues australien et britannique, a profité de la rencontre pour réitérer son appel à l'endroit des autres membres de l'OTAN pour qu'ils déploient eux aussi des troupes dans le sud du pays.

Plus catégorique, le ministre australien de la Défense, Joel Fitzgibbon, a précisé que son pays n'allait s'engager dans aucun effort militaire supplémentaire tant que des membres tels que l'Espagne et l'Allemagne ne s'impliqueront pas davantage dans le Sud afghan.

Le mois dernier, le Conseil de Senlis, un groupe de réflexion indépendant, estimait que la situation dans le sud de l'Afghanistan se détériorait rapidement, au fur et à mesure que les combattants talibans et leurs alliés islamistes accumulaient les succès militaires contre l'OTAN. D'autres organisations non gouvernementales présentes dans cette région déplorent la quasi-inexistence du volet humanitaire de la mission en raison de la situation sécuritaire.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.