•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vision Montréal veut mettre le holà

Radio-Canada

L'opposition officielle entend demander au maire de Montréal de suspendre la signature d'un contrat pour l'installation et l'entretien de compteurs d'eau à la suite d'allégations de conflits d'intérêts.

Vision Montréal demande au conseil municipal de Montréal de suspendre la signature d'un important contrat tant que le vérificateur général n'aura pas étudié le dossier.

Selon le quotidien Le Devoir, le contrat le plus important jamais accordé par la Ville de Montréal serait marqué par un conflit d'intérêts. Le journal rapporte qu'un consortium impliquant la firme Dessau-Soprin s'est vu octroyer le contrat de 355 millions de dollars pour l'installation et l'entretien de compteurs d'eau dans les entreprises de l'île de Montréal.

Le hic, selon le quotidien, c'est que le partenaire commercial de Dessau-Soprin, la firme BPR, a participé au processus de sélection. L'article fait état d'un lien entre la firme BPR, que la Ville a embauchée pour établir les paramètres du projet, et l'entreprise qui a finalement été choisie pour exécuter ce contrat.

L'opposition municipale critique particulièrement le fait que le service juridique de la municipalité n'a jamais été consulté.

L'administration Tremblay-Zampino a embauché BPR pour dix ans en 2005. Son mandat consiste à faire le bilan de la consommation d'eau et à en organiser le contrôle, notamment par l'installation de compteurs dans les entreprises.

La Ville nie l'affaire

La Ville de Montréal réfute les allégations de conflit d'intérêts dans l'octroi de ce contrat.

Le responsable des infrastructures et de la gestion de l'eau au comité exécutif de la Ville, Sammy Forcillo, rejette ces accusations. Il confirme que la firme BPR a effectivement procédé aux processus, mais précise qu'elle n'a eu aucun pouvoir décisionnel.

« La responsabilité incombe à la Cité de Montréal. Ça n'empêche pas n'importe quelle organisation publique de travailler avec des gens de l'externe, mais ils n'étaient pas des instances décisionnelles. »

Sammy Forcillo

Ce contrat d'une valeur de 355 millions est le premier d'une série de projets d'installation de compteurs d'eau dont les coûts totaux sont évalués à 4 milliards de dollars en 20 ans.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.