•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À Kandahar au-delà de 2015?

Radio-Canada

L'Équipe provinciale de reconstruction canadienne demeurerait sur le territoire afghan plus de cinq ans après la fin prévue de la mission militaire canadienne.

Le ministère des Affaires étrangères prévoit maintenir à Kandahar l'Équipe provinciale de reconstruction (EPR) canadienne au moins jusqu'à 2015, selon des sources fédérales.

Ces sources ont indiqué à la Presse canadienne que le ministère serait même en processus de recrutement pour pourvoir des postes de diplomates. Leur mandat s'étendrait au-delà du mois de février 2009 et dépasserait ainsi la fin de la mission militaire canadienne annoncée par le Parlement.

La base de reconstruction provinciale, implantée dans une ancienne usine en banlieue de Kandahar, a été établie en 2005. Elle abrite le quartier général de l'équipe canadienne de reconstruction. Protégés par les militaires canadiens, les responsables de développement, les membres de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) et des services correctionnels peuvent ainsi travailler dans un lieu sûr pour aider les Afghans à reconstruire leur pays.

Cette base est séparée des unités de combats canadiens, établies à la base aérienne de Kandahar où se trouve la principale base de l'OTAN dans le sud de l'Afghanistan.

Le ministère des Affaires étrangères n'a pas voulu commenter cette information. Mardi, le ministre titulaire, Maxime Bernier, s'adressant aux membres du Comité permanent des affaires étrangères et du développement international, a tenu à établir une distinction entre les efforts militaires et les efforts de développement. « Le mandat de développement et de reconstruction est un engagement jusqu'en 2011 », a ainsi déclaré le ministre Bernier.

Dans son discours du Trône du 16 octobre dernier, le gouvernement Harper a annoncé un vote sur la mission afghane à la Chambre des communes. Il a également laissé entendre que les troupes canadiennes pourraient rester au-delà de l'échéancier initial de février 2009.

D'ici là, l'ancien ministre libéral John Manley, qui préside un groupe de travail sur le rôle du Canada en Afghanistan, aura remis son rapport au premier ministre Harper.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.