•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les convois: une cible prisée des talibans

Radio-Canada

Deux enfants afghans sont blessés lors d'une attaque suicide contre un convoi canadien aux abords de Kandahar. Un second convoi de l'OTAN a aussi été attaqué au moment où il se dirigeait vers la province voisine du Helmand.

Un convoi militaire canadien a été la cible d'une attaque à la voiture piégée dans le sud de l'Afghanistan. Selon les autorités, une camionnette grise stationnée sur le bord de la route, à quelques kilomètres de Kandahar, a explosé au passage du véhicule de tête.

Deux Afghans, un enfant et un adolescent, ont été blessés par la déflagration et transportés vers un hôpital de Kandahar. Aucun soldat n'a cependant été touché et le convoi a poursuivi sa route vers la ville.

Il s'agit du premier attentat-suicide dans le district de Panjwayi depuis trois mois.

Quelque 2500 soldats canadiens sont déployés dans la province de Kandahar dans le cadre de la Force internationale d'assistance à la sécurité (FIAS) de l'OTAN.

Soixante-treize soldats canadiens ont été tués en Afghanistan depuis 2002.

Une zone encore instable

Une autre attaque contre un convoi d'approvisionnement de l'OTAN dans la province a dégénéré en un sanglant combat de trois heures qui a causé la mort de cinq policiers afghans et de huit insurgés talibans.

Le convoi se dirigeait vers la province voisine du Helmand, où les forces afghanes et celles de l'OTAN ont repris lundi la ville de Musa Qala, tenue depuis février par les islamistes.

Musa Qala, située dans le nord de la province, était la seule ville d'importance contrôlée par les talibans et un enjeu symbolique pour les deux camps. Près de la moitié de l'opium mondial est produite dans cette province.

Trois districts de la province du Helmand sont encore contrôlés par les islamistes radicaux.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.