•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'immigration fait un bond

Radio-Canada

L'immigration a augmenté de 33 % à Québec et dans la région périphérique entre 2001 et 2006, selon Statistique Canada. Québec a toutefois toujours de la difficulté à retenir les nouveaux arrivants.

La grande région de Québec a enregistré une augmentation importante du nombre d'immigrants entre 2001 et 2006, selon Statistique Canada. Guy Oddo de Statistique Canada précise qu'en 2001, il y avait 19 685 immigrants dans la grande région de Québec alors qu'en 2006, on en recensait environ 33 % de plus.

Ce nombre n'a rien de comparable avec la région de Montréal, mais Québec se classe devant l'Estrie et la région de Gatineau pour le nombre d'immigrants qui décident de s'y établir, selon Guy Oddo.

La région de Montréal accueille la grande majorité des immigrants du Québec, soit près de 87 % et la région de Québec, 3,1 %.

Les immigrants qui s'installent à Québec proviennent en majorité de l'Amérique latine ainsi que des pays formant le Maghreb. « À peu près le quart de la population allophone de Québec est de langue maternelle espagnole, et pour l'arabe, c'est un petit peu moins que 20 % », précise M. Oddo.

Bien que l'immigration est en croissance à Québec, la capitale nationale a de la difficulté à retenir ses nouveaux arrivants. Malgré l'augmentation du nombre d'immigrants qui sont venus à Québec entre 2001 et 2006, 10 % ont décidé de s'établir ailleurs.

C'est la difficulté à trouver un emploi qui expliquerait ce phénomène. Les immigrants rencontrent certains problèmes d'intégration, selon Jelena Krstic, directrice du Service d'aide à l'adaptation des immigrants. « C'est difficile de recréer un réseau, de trouver les contacts, de trouver les bonnes portes où frapper », souligne Mme Krstic.

Par ailleurs, selon Statistique Canada, 3000 nouveaux arrivants qui sont venus s'établir dans la région de Québec au cours de la dernière année habitaient une autre province ou pays, il y a un an.