•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Fort taux d'immigrants

Radio-Canada

Le Recensement 2006 de Statistique Canada montre que la proportion de personnes nées à l'étranger est la plus élevée enregistrée en 75 ans.

19,8 % de la population canadienne est née à l'étranger.

Ce taux classe le Canada au deuxième rang des pays les plus multiculturels, derrière l'Australie, mais devant les États-Unis. Aux antipodes, 22,2 % de la population australienne est née à l'étranger tandis que chez nos voisins du sud, cette proportion tombe à 12,5 %.

Immigration

Selon les données du recensement, 1 109 980 immigrants se sont établis au Canada du 1er janvier 2001 au 16 mai 2006. C'est 17,9 % de l'ensemble des personnes nées à l'étranger, et 3,6 % de la population totale des 31,2 millions d'habitants au Canada.

On constate que le groupe le plus important d'immigrants récents est originaire d'Asie et du Moyen-Orient. Le taux d'immigration de ces deux régions est pratiquement inchangé par rapport à celui de 2001 (59,4 %). Toutefois, il y a 35 ans, les Asiatiques ne constituaient que 12,1 % de l'immigration récente.

En 2006, l'Europe est devenue la deuxième région d'origine des immigrants récents alors qu'elle était autrefois la première. L'an dernier, l'apport des Européens à la démographie canadienne était 3,82 fois moins important qu'il y a 35 ans (16,1 % contre 61,6 %).

Immigration et citoyenneté

Statistique Canada montre que 85,1 % des personnes nées à l'étranger admissibles à la citoyenneté canadienne en 2006 ont été naturalisées.

L'an dernier, 863 100 personnes ont déclaré avoir la citoyenneté canadienne et au moins une autre citoyenneté.

Les quatre cinquièmes d'entre elles sont nées à l'étranger.

Le pôle d'attraction des villes

Les grandes villes attirent les immigrants.

Le recensement révèle que ces derniers choisissent à 68,9 % de vivre dans les trois plus grandes régions métropolitaines de recensement (RMR) : Toronto, Montréal ou Vancouver. Ainsi, 27,1 % de la population canadienne vivait dans ces RMR.

Toutefois, la proportion des immigrants récents a augmenté dans les RMR plus petites entre 2001 et 2006. En 2006, 16,6 % des nouveaux arrivants vivaient dans les RMR de Calgary, Ottawa-Gatineau, Edmonton, Winnipeg, Hamilton et London. C'est 16 % de plus qu'en 2001.

Vivre au coeur de la ville

Dans les trois grandes RMR, les immigrants s'établissent principalement dans la municipalité centrale. Toutefois de plus en plus de nouveaux arrivants choisissent les municipalités voisines.

C'est à Montréal que les immigrants choisissent en plus grand nombre de vivre dans la ville même : 76,3 %. Cependant, leur nombre a progressé de 25,3 % dans les municipalités comme Laval, Longueuil, Brossard, Dollard-des-Ormeaux et Côte-Saint-Luc de 2001 à 2006. La métropole québécoise a accueilli 165 300 nouveaux arrivants pendant cette période. C'est le plus grand nombre depuis 25 ans.

Dans la grande région de Toronto, 59,8 % des nouveaux arrivants vivaient dans la ville même l'an dernier. Leur nombre dans les municipalités voisines de Mississauga, Brampton et Vaughan a augmenté 34,5 % de 2001 à 2006.

À Vancouver, 74,7 % des immigrants récents vivaient dans quatre municipalités : Vancouver, Richmond, Burnaby et Surrey.

La population québécoise

Selon Statistique Canada, plus de 850 000 personnes nées à l'étranger vivaient au Québec, en 2006. C'est une hausse de 16,25% par rapport à 2001. Les personnes nées hors du Canada représentent désormais 11,5 % de la population québécoise. C'est le taux le plus important enregistré au cours de l'histoire de la province.