•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Chavez coupe les ponts avec l'Espagne

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2007 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le président Hugo Chavez décide de « geler » les relations du Venezuela avec l'Espagne jusqu'à ce que le roi Juan Carlos lui présente des excuses. Le souverain espagnol lui avait ordonné de se taire lors d'un sommet au Chili.

Le président vénézuélien Hugo Chavez a annoncé dimanche qu'il « gelait » les relations du Venezuela avec l'Espagne jusqu'à ce que le roi Juan Carlos, qui lui avait ordonné de se taire lors d'un sommet au Chili, lui présente des excuses.

« Jusqu'à ce que le roi d'Espagne ait présenté ses excuses, je gèle les relations avec l'Espagne », a déclaré M. Chavez, sans préciser les conséquences de sa décision sur les relations diplomatiques entre les deux pays. « Vous m'avez poussé jusque-là et m'y voilà. Et je suis sûr que je représente la majorité des Vénézuéliens, car nous sommes dignes, que nous avons du courage et de l'amour », a-t-il ajouté.

Le 10 novembre, lors du sommet ibéro-américain de Santiago, le président vénézuélien avait eu un accrochage avec le chef du gouvernement espagnol, José Luis Rodriguez Zapatero. Comme M. Chavez ne cessait de l'interrompre, le roi Juan Carlos lui avait lancé: « Pourquoi tu ne te tais pas? ». Depuis, Madrid a toujours déclaré vouloir éviter toute « surenchère verbale ».

Le torchon brûle entre Caracas et Bogota

Dimanche, Hugo Chavez a également décidé de geler ses relations avec la Colombie à la suite de l'annulation par Bogota de son mandat de médiation dans l'affaire des otages de la guérilla colombienne des FARC. En réponse, le président colombien Alvaro Uribe a accusé Chavez de « légitimer le terrorisme ».

Lors d'une allocution télévisée, Hugo Chavez a affirmé que l'attitude d'Alvaro Uribe était comme « un crachat au visage » et que la Colombie « mérite un meilleur président ». « Je déclare devant le monde que je mets les relations avec la Colombie au congélateur parce que je n'ai plus confiance en personne au sein du gouvernement colombien », a-t-il lancé.

Aucun des deux hommes n'a annoncé d'actions concrètes, mais Hugo Chavez a indiqué que les relations économiques entre les deux pays souffriraient de la situation actuelle, qualifiée de « crise ».

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.