•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des impulsions qui soignent

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2007 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Une nouvelle étude démontre que stimuler le cerveau avec de rapides impulsions magnétiques a un impact positif sur la dépression.

Des Canadiens ont participé à l'expérimentation d'un autre traitement pour les personnes qui souffrent de dépression profonde.

Ces patients ont été soumis à la « stimulation magnétique transcraniale » (SMT).

Cette technique consiste à stimuler le cortex cérébral à l'aide de capteurs reliés à un appareil qui émet des stimulations magnétiques.

Une solution pour ceux qui ne prennent pas de médicaments

Réputée sans danger, elle pourrait aider de 20 à 40 % des malades qui ne répondent pas aux antidépresseurs ou à la psychothérapie. Elle pourrait aussi aider ceux qui ne veulent pas prendre de médicaments.

L'étude, publiée dans le numéro de décembre du magazine Biological Psychiatry, a été effectuée sur 325 patients au Canada, en Australie et aux États-Unis.

Les chercheurs ont induit des impulsions rapides dans le cerveau des patients, des impulsions qui ont littéralement circonscrit et neutralisé certaines neurones. Les stimulations magnétiques envoient aussi des signaux aux régions plus profondes du cerveau qui contrôlent l'appétit et sont liées à la dépression.

C'est la première recherche significative sur les SMT. Les études menées jusqu'ici n'avaient pas donné de résultats probants. La différence, cette fois, réside dans le fait que les chercheurs ont induit des doses beaucoup plus fortes.

Les résultats ont démontré que les patients avaient un taux de rémission deux fois plus élevé que ceux qui recevaient le placebo. Les taux de rémission étaient aussi plus élevés que la moyenne des patients qui prennent des antidépresseurs.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.