•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Françoise David en mode offensif

Radio-Canada

Devant les membres de son parti réunis en conseil national à Québec, la porte-parole de QS critique sévèrement la position de l'ADQ sur les accommodements raisonnables et le projet de loi du PQ sur l'identité québécoise.

Québec solidaire a tenu son quatrième conseil national, en fin de semaine, à Québec. Les délégués du parti ont discuté à huis clos sur les objectifs du parti pour les deux prochaines années.

La porte-parole Françoise David a profité de l'occasion pour critiquer la position de l'Action démocratique du Québec (ADQ) sur les pratiques d'accommodement liées aux différences culturelles. Elle accuse le chef Mario Dumont d'avoir « soufflé sur les braises » de l'intolérance, mais de n'avoir « même pas cru bon » présenter un mémoire devant la commission Bouchard-Taylor. Pour elle, c'est une attitude « parfaitement irresponsable ».

François David a également critiqué la position des jeunes de l'ADQ, qui viennent de proposer que les prestations d'aide sociale soient diminuées, puis supprimées au bout de quatre ans pour les jeunes qui sont aptes au travail. Selon elle, « il s'agit d'une autre façon de mettre un fossé entre le Nous et le Eux et de créer l'exclusion sociale ».

Elle n'a pas été tendre non plus pour la direction du Parti québécois. Françoise David reproche à Pauline Marois d'avoir présenté, « lors d'un débat émotif », un projet de loi sur l'identité québécoise à l'Assemblée nationale.

Ce que nous n'aimons pas dans ce projet de loi [du PQ], c'est le message qu'il envoie. Ce message où, pour développer une identité, développer un bien-être au Québec, il faut chercher des boucs émissaires. Québec solidaire ne sera jamais d'accord avec ça.

Françoise David, porte-parole de QS

La porte-parole de QS indique que son parti présentera un mémoire défendant « un Nous inclusif » devant la commission Bouchard-Taylor. Le document fera aussi des propositions pour l'intégration des immigrants et la francisation des entreprises.

Pour sa part, l'autre porte-parole de QS, Amir Khadir, a dénoncé la privatisation du système de santé par le gouvernement du Québec avec la complicité des deux autres formations politiques siégeant à l'Assemblée nationale. Il considère que, sous la pression des lobbies, les libéraux de Jean Charest privatisent la santé en créant un système parallèle pour les plus nantis.

Une situation financière fragile

Québec solidaire se prépare pour les prochaines élections provinciales, dont il prévoit la tenue en 2008. Toutefois, sa situation financière est fragile. Le parti, qui a une dette accumulée de 240 000 $, devra emprunter une somme de 200 000 $ pour faire campagne.

En ce moment, moins de 7000 personnes sont membres de Québec solidaire. Des efforts seront faits pour augmenter le nombre de membres.

Françoise David désire participer au débat télévisé des chefs qui marque la mi-campagne. Elle compte y être admise, même s'il est habituellement réservé aux seuls chefs dont le parti est représenté à l'Assemblée nationale.

Lors des dernières élections générales, en mars 2007, Québec solidaire a obtenu 3,7 % des suffrages, mais n'a pas réussi à faire élire un seul député. L'ambition des solidaires pour le prochain scrutin consiste à obtenir 5 % des votes. Ils espèrent faire élire des députés au moins dans les circonscriptions où se présenteront respectivement Françoise David et Amir Khadir, soit Gouin et Mercier.

Aucun thème sélectionné