•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mort de deux soldats canadiens

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2007 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Deux membres des Forces canadiennes sont tués et trois autres blessés en roulant sur une mine en Afghanistan. Cette nouvelle tragédie porte à 73 le nombre de militaires canadiens morts en sol afghan depuis le début de la mission canadienne.

Deux soldats canadiens et un interprète afghan ont été tués, samedi, en Afghanistan, dans l'explosion d'une bombe. Il s'agit du caporal Nicolas Beauchamp, ambulancier basé à Valcartier, et du soldat Michel Lévesque, membre du Royal 22e Régiment.

Trois autres membres des Forces canadiennes ont été blessés sérieusement, mais leur vie n'est pas en danger. Ils ont été hospitalisés à Kandahar. Le véhicule blindé dans lequel les militaires se trouvaient aurait heurté une mine en bordure de route, dans le sud du pays, dans le district de Panjwaii.

Cette nouvelle tragédie porte à 73 le nombre de soldats canadiens morts en Afghanistan depuis le début de la mission canadienne, il y a cinq ans.

Le premier ministre du Canada, Stephen Harper, et le ministre de la Défense, Peter MacKay, ont offert leurs condoléances aux familles. Se disant très attristé, le ministre MacKay a néanmoins tenu à réitérer que la mission canadienne aidait à améliorer les conditions de vie des Afghans. Gilles Taillon, député adéquiste de Chauveau, où se trouve la base militaire de Valcartier, a lui aussi offert ses condoléances.

Enquête pour une bavure

Cette tragédie intervient alors que la Force internationale d'assistance à la sécurité (FIAS) mène une enquête sur un incident ayant causé la mort d'un civil afghan et impliquant des soldats canadiens.

Cet incident est survenu jeudi près de Kandahar. Un convoi de la FIAS transportant des militaires canadiens patrouillait la région lorsqu'un taxi s'est approché et a ignoré les avertissements pour s'arrêter, comme le veut la procédure qui vise à prévenir les attentats-suicides contre les convois. Les soldats ont donc ouvert le feu sur le véhicule.

Les deux hommes ont été transportés à l'hôpital. Un des deux civils est mort peu après tandis que l'autre est blessé.

La procédure militaire en Afghanistan prévoit que lorsqu'un véhicule croise un convoi, il doit lui céder le passage. Si le véhicule ne le fait pas, des signaux visuels sont alors envoyés pour lui signifier de s'arrêter. En cas de refus, les militaires tirent alors des coups de semonce. Si le véhicule n'obtempère toujours pas, les soldats peuvent alors faire feu sur le véhicule.

La FIAS a exprimé ses regrets « pour la perte de civils innocents ». Elle a ajouté que les militaires avaient droit à la légitime défense, mais que tous les efforts étaient déployés pour éviter des pertes civiles.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.