•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les supernovae, revues et corrigées

Radio-Canada

Une étoile géante en fin de vie qui a généré en 2006 une intensité lumineuse 50 milliards de fois supérieure à celle du Soleil a explosé plusieurs fois, soutiennent des astrophysiciens américains.

Les supernovae pourraient-elles exploser plusieurs fois? Des astrophysiciens américains pensent que oui.

Leurs travaux, menés à l'Université de Californie à Santa Cruz, montrent que la supernova SN2006gy située à 240 millions d'années-lumière a explosé une demi-douzaine de fois en 2006.

L'explosion de cette étoile géante en fin de vie de la galaxie NGC 1260 avait généré une intensité lumineuse 50 milliards de fois supérieure à celle du Soleil.

Selon le modèle de Stan Woosley et de ses collègues, ce type de scénario se produit pour les étoiles exceptionnellement grosses, dont la masse est comprise entre 90 et 130 fois celle du Soleil.

L'astronome affirme que l'étoile en question était au moins 100 fois plus massive que le Soleil.

L'explication

Au cours de l'explosion des supernovae, la température s'élève tellement qu'une partie de leurs rayons gamma se convertit en électrons et en positons. L'étoile entre alors dans une violente phase d'expansion qui n'est cependant pas suffisante pour qu'elle éclate. Pour les supergéantes comme SN2006gy, il serait possible de percevoir des pulsations.

L'expansion provoque des radiations, puis une contraction suivie d'un nouvel échauffement jusqu'à ce que le niveau d'instabilité soit de nouveau atteint, provoquant une nouvelle expansion.

L'étoile rétrécit alors pour atteindre une dimension de 40 masses solaires. Son noyau riche en fer s'effondre et termine sa vie par une explosion de rayons gamma.

Une autre théorie, développée par des astronomes néerlandais de l'Université d'Amsterdam, table sur le fait que la supernova SN2006gy n'a pas été formée par une seule étoile, mais par la collision de deux astres géants.

Les chercheurs néerlandais basent leurs calculs sur les phénomènes observés au sein des amas denses d'étoiles.