•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un code de la route plus sévère

Radio-Canada

La ministre Julie Boulet annonce le dépôt d'un projet de loi qui sanctionnera plus durement les automobilistes contrevenants, notamment en ce qui concerne l'alcool au volant et les excès de vitesse.

Québec veut serrer la vis aux automobilistes.

La ministre des Transports du Québec, Julie Boulet, a annoncé dimanche qu'un projet de loi modifiant le Code de la sécurité routière sera déposé mardi prochain à l'Assemblée nationale.

Les changements proposés concernent l'alcool au volant, les radars photo, le cellulaire au volant, la vitesse et l'accès graduel à la conduite. Ces mesures pourraient être adoptées avant Noël, et seront intégrées graduellement sur les routes du Québec.

La ministre Boulet soutient que 80 % des accidents de la route auraient pu être évités. Elle a souligné qu'une personne était tuée ou blessée dans un accident de la route au Québec toutes les 11 minutes. En 2006, 717 personnes ont péri dans des accidents de la route au Québec.

Cette annonce survient au moment où des citoyens de l'Île-Perrot, dans la région montréalaise, manifestent pour une sécurité automobile accrue à la suite de la mort de la petite Bianca Leduc, 3 ans, fauchée par une voiture le jour de l'Halloween.

L'alcool au volant

Québec abaisse la limite d'alcoolémie de 0,08 à 0,05, comme c'est le cas dans les autres provinces canadiennes. Un conducteur dont le taux d'alcool dans le sang se situe entre 0,05 et 0,08 verra son permis de conduire suspendu automatiquement et immédiatement pour une durée de 24 heures.

Les sanctions pour les conducteurs avec un taux supérieur à 0,08 seront multipliées par trois, passant de la suspension du permis de 30 jours à 90 jours pour une première infraction.

Des mesures plus strictes sont notamment prévues pour les récidivistes de l'alcool au volant.

En 2005, près de 30 % des conducteurs automobiles tués au volant avaient un taux d'alcoolémie supérieur à la limite légale.

Les radars photo

Le projet de loi du gouvernement Charest prévoit aussi la mise en place de radars photo et de caméras aux feux rouges dans le cadre d'un projet-pilote de 18 mois. La quinzaine de sites où le projet-pilote sera implanté seront annoncés dans les prochaines semaines.

Québec versera l'argent des contraventions pour des mesures de sécurité routière et soutenir les organismes d'aide aux victimes de la route.

Cellulaire au volant

Il est aussi recommandé d'interdire au conducteur d'un véhicule l'usage d'un téléphone cellulaire et d'imposer des amendes et des points d'inaptitude dans ces circonstances.

L'utilisation du cellulaire au volant est une source importante de distraction qui augmente le risque d'être impliqué dans un accident, démontrent plusieurs recherches.

Grands excès de vitesse

La ministre Boulet a également l'intention d'introduire des sanctions plus sévères pour les grands excès de vitesse, notamment en doublant les amendes et le nombre de points d'inaptitude pour ce type d'infractions.

Par exemple, un automobiliste roulant à 96 km/h dans une zone de 50 km/h devra payer 480 $, soit le double du tarif actuel. Il perdra aussi deux fois plus de points d'inaptitude, soit 10 points, et verra son permis suspendu pour 7 jours.

Vitesse des poids lourds

Pour les conducteurs de véhicules lourds, le réglage de la vitesse maximale est fixé à 105 km/h et les limiteurs de vitesse devront obligatoirement être activés dans leur véhicule.

Accès graduel à la conduite

Québec veut aussi introduire des mesures d'accès graduel à la conduite automobile. Parmi ces mesures, on compte l'instauration de cours de conduite obligatoires pour les nouveaux conducteurs, l'imposition du permis de conduire probatoire pour les 25 ans et plus, et l'accès graduel aux points d'inaptitude pour les moins de 25 ans.