•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Coup de théâtre de l'ADQ

Radio-Canada

L'opposition officielle adéquiste dépose une motion de censure demandant que l'Assemblée nationale retire sa confiance au gouvernement Charest en raison de son attitude « désinvolte » en matière d'éducation.

Le chef de l'opposition officielle, Mario Dumont, a annoncé mardi après-midi le dépôt d'une motion de censure à l'Assemblée nationale à l'endroit du gouvernement de Jean Charest.

L'opposition officielle adéquiste estime que le gouvernement a répondu avec désinvolture à ses questions sur la pertinence des commissions scolaires. Ces questions faisaient suite au taux de participation anémique, de 7,9 %, aux élections scolaires de dimanche dernier.

On sonne la fin de la récréation.

Mario Dumont

L'Action démocratique du Québec prône l'abolition des commissions scolaires. Mario Dumont affirme que le premier ministre et la ministre de l'Éducation, Michelle Couchesne, n'ont montré aucun intérêt pour le sujet, se contentant de promettre la mise sur pied d'un chantier de réflexion. « Au lendemain d'un verdict catégorique de la population, le premier ministre répond qu'il est ni pour, ni contre, badine et fait des pitreries en Chambre », a expliqué M. Dumont.

« Le gouvernement propose le maintien d'une structure qui ne répond plus aux préoccupations d'aujourd'hui, a ajouté le chef de l'opposition officielle. La seule chose qui fonctionne, c'est la machine à dépenser de l'argent. »

L'Assemblée nationale blâme sévèrement le gouvernement. Elle lui retire sa confiance pour sa défense des commissions scolaires, son approche bureaucratique et son incapacité à assurer aux écoles et aux enfants du Québec les services auxquels ils ont droit.

Motion de censure déposée par l'Action démocratique du Québec

Cette motion de censure, dont le dépôt sera officialisé jeudi, conduira à un débat, puis à un vote de confiance à l'Assemblée nationale. Cela devrait survenir mardi prochain, selon les procédures parlementaires en vigueur.

Accusations de propagande

L'ADQ attaque aussi le gouvernement sur un autre front. L'opposition officielle exige le retrait immédiat des messages radiophoniques du premier ministre Jean Charest, diffusés depuis quelques semaines par les 11 stations du réseau Corus. L'ADQ demande aussi le remboursement complet des dépenses engagées jusqu'ici.

Le député François Bonnardel a laissé entendre, mardi, que le député libéral Pierre Arcand, ancien président de Corus Québec Radio, avait facilité l'entente avec le réseau radiophonique. « Il y a sûrement une entrée directe qui se fait plus facilement avec M. Arcand qu'avec d'autres députés en place du côté libéral », a commenté M. Bonnardel.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.