•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'importance des bonnes habitudes

Radio-Canada

Dans un rapport de plus de 500 pages, des experts scientifiques confirment l'importance d'adopter de saines habitudes alimentaires et de conserver une taille aussi mince que possible pour réduire les risques de cancer.

C'est peut-être devenu un cliché tellement on l'entend depuis des années, mais avoir de bonnes habitudes de vie peut nous garder en santé plus longtemps et éloigner le cancer.

C'est ce qu'une importante étude publiée mercredi vient encore une fois confirmer. Dans un rapport de plus de 500 pages, l'American Institute for Cancer Research et le Fonds mondial de recherche contre le cancer soutiennent que l'on peut prévenir le cancer en changeant des choses simples de notre vie, principalement l'alimentation.

Par exemple, les experts ont établi un lien direct entre le cancer colorectal et la viande rouge. Ils recommandent donc de ne pas consommer plus de 500 grammes de boeuf, de porc ou d'agneau par semaine.

Ils incitent aussi les gens à bannir les aliments transformés comme les charcuteries. Ils soutiennent que consommer 48 grammes de saucisse, de bacon ou de jambon quotidiennement accroît de 20 % les risques de cancer colorectal.

Les scientifiques recommandent donc une alimentation riche en fruits et légumes ainsi que de consommer davantage de viandes blanches, des oeufs ou du poisson.

Le rapport conseille aussi de limiter la consommation d'aliments qui contiennent beaucoup de gras et de sucre, mais moins de fibre, comme les hamburgers, les frites, les pâtisseries. Les experts conseillent également d'éviter les boissons gazeuses.

Selon les experts, l'alcool favorise également l'apparition du cancer. Ils recommandent donc qu'un homme ne dépasse pas deux consommations d'alcool par jour et une femme, une seule.

Garder une taille fine

Le rapport affirme aussi que l'obésité est la principale cause du cancer du côlon, de l'oesophage, du pancréas, des reins, de l'utérus et du sein chez les femmes ménopausées.

Une des raisons qui explique la situation est que la graisse fait grimper le taux d'insuline. « L'insuline, ce n'est pas qu'une hormone qui s'occupe du sucre, c'est aussi une hormone qui fait pousser les cellules. L'insuline peut favoriser des croissances anarchiques qui sont par définition des cancers », dit le docteur Dominic Garrel, directeur du département de nutrition de l'Université de Montréal.

Selon les chercheurs, la réduction du poids moyen d'une population donnée pourrait réduire les risques de cancer du tiers le nombre de nouveaux cancers dans le monde.

Le docteur Philip James, du Royaume-Uni, va plus loin et affirme qu'il faudrait être aussi mince que possible. Il dit ainsi que les individus devraient avoir un poids se situant au seuil minimal de leur indice de poids souhaité.

Les experts répètent ensuite l'importance de pratiquer une activité physique sur une base régulière. Ils disent ainsi qu'une simple marche vigoureuse d'une heure par jour peut aider à perdre du poids et à diminuer les risques de cancers.

Pour en arriver à ces conclusions, les experts ont révisé pendant cinq ans plus de 7000 études sur le sujet.

La section Commentaires est fermée

Compte tenu de la nature délicate ou juridique de cet article, nous nous réservons le droit de fermer la section Commentaires. Nous vous invitons à consulter nos conditions d’utilisation. (Nouvelle fenêtre)

Vous souhaitez signaler une erreur?Écrivez-nous (Nouvelle fenêtre)

Vous voulez signaler un événement dont vous êtes témoin?Écrivez-nous en toute confidentialité (Nouvelle fenêtre)

Vous aimeriez en savoir plus sur le travail de journaliste?Consultez nos normes et pratiques journalistiques (Nouvelle fenêtre)

Infolettre Info nationale

Nouvelles, analyses, reportages : deux fois par jour, recevez l’essentiel de l’actualité.

Formulaire pour s’abonner à l’infolettre Info nationale.