•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ces célébrations ne font pas l'unanimité

Radio-Canada

Les autorités religieuses et civiles de certains pays exhortent la population à ne pas céléber Halloween.

Les fantômes et sorcières n'ont pas la cote dans tous les pays du monde.

Certains dénoncent la fête d'Halloween pour des motifs religieux, d'autres pour des raisons nationales.

En Allemagne, l'Église évangélique a rappelé que le 31 octobre est le jour de la Réforme.

C'est pourquoi elle a distribué 970 000 bonbons à l'effigie de Martin Luther pour tenter de faire oublier la fête païenne. Les bonbons au goût de citron, de cassis ou d'orange représentent le fondateur du protestantisme, avec un sourire moqueur et un clin d'oeil. Pour l'évêque protestant de Hanovre, il est absurde de célébrer Halloween parce que Luther a libéré les protestants de la peur des sorcières et des démons.

La fête de la Réforme rappelle le geste qu'a fait Martin Luther le 31 octobre 1517. Il avait affiché 95 thèses contre le trafic des indulgences sur la porte de l'église de Wittenberg, en Saxe. Au XVIe siècle, une partie du clergé catholique vendait les indulgences contre la remise des péchés. Le geste de Martin Luther est considéré comme l'événement fondateur du protestantisme.

Pas d'Halloween à l'école

En Russie, la direction des écoles et collèges de la ville de Moscou a interdit aux élèves de célébrer Halloween en classe.

Un porte-parole des services scolaires de la ville a évoqué des éléments religieux, le culte de la mort, la parodie de la mort pour expliquer l'interdiction de cette fête d'origine étrangère.

Le Kremlin et l'Église orthodoxe tentent tous deux de mettre un frein à la popularité d'Halloween grandissante en Russie. Les citrouilles et les sorcières sont apparues dans les vitrines de tout le pays et certains bars organisent des soirées costumées.

Le nationalisme contre l'Halloween

En Équateur, le président Rafael Correa a plutôt invoqué l'observance des fêtes nationales pour interdire aux fonctionnaires de célébrer Halloween.

Dans un communiqué, le président déclare que les Équatoriens ont leurs propres festivités. « Nous sommes un gouvernement nationaliste », précise-t-il.

Il n'est pas le seul président sud-américain à exhorter son peuple à ignorer la culture américaine. Le président du Venezuela, Hugo Chavez, a demandé aux enfants d'oublier Halloween qui, selon lui, répand la terreur.

Ours polaires contre Halloween

Chez nous, le 31 octobre correspond au plus fort de la saison des ours polaires à Churchill, au Manitoba. Les 900 habitants de cette ville située dans la zone subarctique doivent établir un périmètre de sécurité au moyen de véhicules munis de gyrophares pour permettre aux enfants de ramasser les traditionnels bonbons.

Aucun thème sélectionné