•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La coopérative Kitchisaga toujours propriétaire

Radio-Canada

Même si la coopérative autochtone a vidé les lieux il y a deux semaines, elle a contracté une hypothèque auprès de la Fabrique qui a toujours force légale.

Même si la coopérative autochtone Kitchisaga a vidé les lieux il y a deux semaines, elle est toujours légalement propriétaire de l'ancienne église Notre-Dame-de-Fatima de Jonquière parce qu'elle a contracté une hypothèque auprès de la Fabrique, remboursable à raison de 40 000 $ par année pendant 10 ans.

La Fabrique affirme donc qu'elle n'a pas l'intention d'utiliser l'argent de ses paroissiens pour payer les dettes de la coopérative, notamment son compte de taxes impayé, qui est d'au moins 57 000 $.

« La Fabrique a agi comme n'importe quel autre créancier hypothécaire. Dans les circonstances, on demande des garanties et lorsqu'on n'est pas en mesure de les obtenir, et bien on doit agir », commente le marguillier et trésorier de la Fabrique, François Larouche.

La Fabrique devra cependant assurer un entretien minimal des lieux pour maintenir la valeur des bâtiments.

L'histoire de l'acquisition de l'église Notre-Dame-de-Fatima par la coopérative a été mouvementée. L'église avait d'abord été cédée pour 400 000 $. Suite à la découverte de vices cachés, le prix d'achat avait été renégocié à la baisse, soit à 250 000 $ comptant. L'achat de l'église a toutefois été compromis car la banque a refusé de prêter ce montant à la coopérative.

La Coopérative de solidarité économique Kitchisaga, qui est destinée aux membres de la Confédération des peuples autochtones du Québec, a déjà transféré son siège social. Il est maintenant situé dans la région de Sherbrooke, où la coopérative louait un petit local.