•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des morts et des dégâts

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2007 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les pluies diluviennes et les vents violents font une vingtaine de morts et une vingtaine de disparus, et provoquent la fermeture d'aéroports et de routes en République dominicaine. En Haïti, une dizaine de morts sont enregistrés et de nombreuses maisons ont été détruites.

La tempête tropicale Noël a provoqué des inondations en Haïti depuis maintenant 48 heures. Les vents violents soufflant à au moins 70 kilomètres à l'heure et ses pluies torrentielles ont provoqué des coulées de boue et détruit des dizaines de maisons. Selon un bilan provisoire, on dénombre 11 morts, 13 disparus et quelque 1500 sinistrés.

Les aéroports de Port-au-Prince et de Cap-Haïtien sont fermés. Outre ces deux endroits, les inondations frappent les Cayes et la ville de Jacmel. La navigation près de la côte a été interdite.

En République dominicaine où l'alerte est maximale, plusieurs maisons ont été endommagées. De 250 à 500 millimètres de précipitations sont tombées depuis dimanche. Selon les autorités, le bilan est de 20 morts et de 20 disparus.

Les aéroports de Saint-Domingue, la capitale, et de Puerto Plata sont fermés, tout comme la principale autoroute du pays, l'Autopista Duarte, qui relie Saint-Domingue au Nord. La capitale dominicaine est inondée.

Au début octobre, de fortes pluies avaient fait 37 morts en Haïti et détruit de nombreuses maisons. Des milliers de personnes s'étaient retrouvées sans domicile.

Les inondations sont fréquentes sur l'île d'Hispaniola en cette période de l'année où des cyclones se forment dans les Caraïbes. Elles sont favorisées par la déforestation sauvage du pays. Noël est la 14e tempête de la saison 2007 des ouragans.

Le sud-est de Cuba et la Jamaïque se préparent également au passage de Noël d'ici mardi, selon les prévisions du centre national d'observation des ouragans (NHC) des États-Unis.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.